Guide du cannabis en Thaïlande

You are currently viewing Guide du cannabis en Thaïlande

Le ministère de la Santé publique a publié un guide intitulé « 10 choses que les touristes doivent savoir sur le cannabis en Thaïlande » pour améliorer la compréhension des visiteurs sur ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire avec du cannabis dans le pays.

La Thaïlande est le premier pays asiatique à avoir  décriminalisé le cannabis , ce qui a suscité un grand intérêt pour les produits à base de cannabis parmi les visiteurs et les personnes prévoyant de se rendre dans le pays, selon le Dr Narong Apikulwanit, secrétaire permanent adjoint du ministère.

L’une des conséquences involontaires de la dépénalisation a été une explosion de l’usage récréatif de la marijuana, car le cannabis a été retiré de la liste des stupéfiants en juin avant même que des lois connexes ne soient envisagées. Les législateurs négocient toujours sur un projet de loi visant à réglementer l’utilisation et la vente de cannabis et il est loin d’être certain qu’il sera adopté avant que la Chambre ne soit dissoute pour ouvrir la voie à des élections plus tard cette année.

Le ministre de la Santé publique, Anutin Charnvirakul, a insisté sur le fait que l’objectif de la dépénalisation était de promouvoir l’usage médical de la marijuana et de créer des opportunités économiques pour la population locale. Les étrangers qui veulent visiter la Thaïlande juste pour se défoncer devraient réfléchir à nouveau, a-t-il déclaré.

Mais dans le vide juridique actuel, des centaines de dispensaires de cannabis – récréatifs et autres – ont proliféré et ils sont bien documentés sur des sites Web tels que Highthailand .

En attendant, le ministère veut s’assurer que les visiteurs sachent clairement ce que la loi autorise afin qu’ils puissent agir en conséquence. Il a demandé aux offices provinciaux du tourisme de distribuer le manuel en anglais aux visiteurs et il prévoit de le rendre disponible dans d’autres langues, notamment le chinois, le coréen, le japonais et le russe.

Les 10 choses que les touristes doivent savoir sont les suivantes

  1. Le transport de graines ou de parties de plantes de cannabis depuis et vers la Thaïlande à des fins personnelles n’est pas autorisé.
  2. La culture du cannabis est légale, mais il est nécessaire de s’inscrire sur l’application Plook Ganja de la Food and Drug Administration ou via un site Web gouvernemental.
  3. L’utilisation de boutons floraux de cannabis pour la recherche, l’exportation et la vente et leur transformation à des fins commerciales nécessitent un permis officiel.
  4. Les personnes de moins de 20 ans, les femmes enceintes et les femmes qui allaitent ne sont pas autorisées à consommer du cannabis, sauf sous la supervision de professionnels de la santé.
  5. La possession d’extraits contenant plus de 0,2 % de tétrahydrocannabinol (THC) et de THC synthétique nécessite une autorisation
  6. Des plats contenant du cannabis sont disponibles dans les restaurants autorisés.
  7. Les produits de santé à base de cannabis approuvés sont accessibles par des canaux spécifiques.
  8. Fumer du cannabis dans les espaces publics, y compris les écoles et les centres commerciaux, est illégal.
  9. Évitez de conduire après avoir consommé des aliments ou des produits de santé contenant du cannabis.
  10. Ceux qui ont de graves effets indésirables sur la santé en consommant du cannabis devraient consulter rapidement un médecin pour un traitement.

Cannabis en Thaïlande, projet de loi toujours en cours

Depuis décembre, les députés s’emploient à faire passer en deuxième lecture le projet de loi tant attendu sur le contrôle du cannabis et du chanvre. Cette poussée est une bouffée d’air frais non seulement pour les patients et les médecins, mais aussi pour les investisseurs qui cherchent à exporter du cannabis comme culture commerciale.

La raison? Le projet de loi avait été bloqué par un certain nombre de partis politiques, tant dans la coalition gouvernementale que dans l’opposition, depuis septembre, le démocrate Pheu Thai et le parti libertaire Move Forward (MFP) retirant leur soutien à la législation, qui visait à énoncer les règles pour contrôler la consommation de cannabis après sa déréglementation en juin de l’année dernière.

Sans de tels contrôles, on craint de plus en plus que la politique du gouvernement ne conduise à une consommation incontrôlée de cannabis en dehors de l’usage auquel il est destiné, en particulier chez les enfants d’âge scolaire.

Les personnes concernées par la déréglementation du cannabis demandent au ministère de la Santé publique de réinscrire toutes les parties de la plante de cannabis comme stupéfiant. Si leur demande est satisfaite, le cannabis sera à nouveau classé dans la catégorie des drogues illicites, ce qui signifie que plus d’un million de personnes – y compris les patients qui dépendent d’un traitement à base de cannabis – risquent de faire face à des accusations criminelles.

Lors de la dernière lecture, le comité chargé de vérifier le règlement a décidé de supprimer l’article 3 du projet de loi à titre de compromis. Cela signifie qu’aucune partie de la plante de cannabis n’est considérée comme un stupéfiant, à l’exception des extraits de cannabis contenant plus de 0,2 % de tétrahydrocannabinol (THC), le principal constituant psychoactif du cannabis.

Le projet de loi comprend des garanties telles que l’interdiction des publicités et des ventes en ligne, et de lourdes sanctions pour les contrevenants, en particulier ceux qui vendent du cannabis à toute personne de moins de 20 ans, ainsi qu’aux femmes enceintes. Cela dit, le projet de loi contient des dispositions qui permettent au ministre de la Santé publique et à d’autres ministres concernés d’autoriser l’utilisation récréative de certaines zones dans le but de promouvoir le tourisme.

Le projet de loi interdit de fumer du cannabis dans les magasins et les espaces publics. S’il est adopté, il obligerait tous les producteurs, même au niveau des ménages, à informer leurs autorités locales et à obtenir le permis requis pour cultiver du cannabis.

Le long projet de loi – avec ses 96 articles – est loin d’être parfait. Il ne contient aucune clause pour protéger les jeunes contre l’exposition au cannabis à la maison, ni aucune disposition pour faire face aux magasins de cannabis qui se multiplient dans et autour des destinations touristiques.

Il doit y avoir une consultation approfondie entre les députés pour réécrire et combler toutes les lacunes du projet de loi. La dernière chose que les gens veulent voir, c’est que leurs députés fassent encore une fois obstruction au projet de loi pour leurs propres objectifs politiques.

Il est impossible de revenir en arrière, de traiter à nouveau le cannabis comme un stupéfiant et de mettre en prison ceux qui l’utilisent et le cultivent. Une telle perspective est en décalage avec la réalité. Le cannabis est un traitement connu et populaire pour un certain nombre de maladies courantes.

Au Canada, en Géorgie, à Malte, au Mexique, en Afrique du Sud et en Uruguay, ainsi que dans certains États des États-Unis, la consommation récréative est autorisée.

Ce que la société veut, c’est une application efficace de la législation pour réglementer correctement l’usage du cannabis en Thaïlande, en particulier pour éviter qu’il ne tombe entre de mauvaises mains.

Le guide sur la consommation de cannabis en Thaïlande est en version anglaise et pdf sur ce lien :


Laisser un commentaire