Pour quand est prévue l’ouverture des frontières en Thaïlande ? Je ne compte plus le nombre de message que je reçois en ce sens depuis près de deux semaines. Certains aspirent à une ouverture des frontières en Thaïlande pour le mois de juillet, ou alors début août au plus tard. Ils veulent savoir si cela vaut la peine d’acheter un billet d’avion dès maintenant en vue des vacances à venir.

Il y a également tous ceux qui ont un projet d’expatriation ou bien qui ont un visa en cours et qui sont bloqués dans un autre pays. Ils ont encore plus de raisons de vouloir l’ouverture des frontières en Thaïlande. Mais malheureusement, pour nombre d’entre eux le retour vers le Royaume du Siam n’est pas pour tout de suite. Il va même s’avérer compliqué, voire impossible, pour certains.


Ouverture des frontières en Thaïlande, où en sommes nous ?

Actuellement, concernant l’ouverture des frontières en Thaïlande, l’accès et la priorité ont été donnés  aux Thaïlandais résidant à l’étranger et désirant revenir sur le sol national.

Les premiers retours ont été un peu chaotiques, une poignée de Thaïlandais refusant de se soumettre à la quarantaine et rentrant chez eux sans passer par les services gouvernementaux. La réaction ne s’est pas fait attendre, tous se sont présentés aux autorités dès qu’ils ont su qu’ils seraient poursuivi en cas de refus de se soumettre à la quarantaine. L’amende est quand même de cent milles bahts avec une peine de prison pouvant aller jusqu’à deux ans. Et ici on ne badine pas avec la loi, surtout en période de pandémie. Ceux qui vivent ici savent que les autorités n’hésitent pas à faire un exemple si nécessaire, il vaut mieux pas faire partie de cet exemple croyez moi.

Bref, suite à ce dérapage les autorités ont décidé de réduire les entrées de leurs compatriotes à deux cent personnes par jour.

Courant de cette semaine, ce nombre devrait passer à cinq cent Thaïlandais.

Comme le retour prioritaire des Thaïlandais touche à sa fin, les autorités ont décidé d’élargir l’ouverture des frontières en Thaïlande à une catégorie d’étrangers : ceux qui détiennent un permis de travail.

Oui on imagine sans peine la déception de tous ceux qui ont un visa mariage, un visa retraité ou même un visa élite, et qui ne peuvent toujours pas revenir au pays du sourire.

A savoir que le retour des titulaires d’un permis de travail ne va se faire facilement non plus. Il faut, dans un premier temps, obtenir une attestation de l’Ambassade de Thaïlande, attestation devant être obtenue maximum dix jours avant le retour vers la Thaïlande. Cette attestation est associée à l’obtention d’un certificat médical et de la preuve d’une couverture de santé incluant le covid et d’un montant minimum de cent mille dollars. Et c’est suite à cette annonce que l’on peut imaginer que les retours des autres expatriés risque d’être très compliqué dès qu’il y aura l’ouverture des frontières en Thaïlande.


L’ouverture des frontières en Thaïlande, pas pour tout de suite

Il n’y a à ce jour aucune annonce officielle mais une simple déduction logique des faits en cours peut laisser présager ce qui va se passer.

Alors actuellement nous savons qu’il ne semble plus y avoir de nouvelles contaminations en Thaïlande. Il reste une cinquantaine de cas hospitalisés avec un taux de guérison dépassant 96%. Les seuls nouveaux contaminés répertoriés sont des étrangers et des Thaïlandais revenant de pays tiers et placés en quarantaine.

Malgré une absence de contamination dans la majorité des provinces, et ce depuis plus d’un mois, des mesures de sécurité strictes sont toujours d’application. Par exemple les écoles n’ouvriront que le 1 juillet à condition que certaines conditions soient respectées. On a de quoi s’étonner quand on vois que certains pays européens ouvrent leurs établissements scolaires alors que les contaminations et les décès sont encore nombreux et quotidiens.

Ne croyez pas que les autorités ont le regard rivé sur leurs statistiques. Tout comme de nombreux Thaïlandais, les décideurs voient ce qui se passe dans d’autres pays et les images qui sont diffusées ont de quoi décontenancer au regard des mesures suivies et respectées au pays du sourire. On y voit des reportages où les gens déambulent sans respect des mesures barrières, sans masque. Pas de quoi donner envie aux gouvernants thaïs d’ouvrir leurs frontières à certaines nationalités.

Déjà que des Thaïlandais arrivent contaminés depuis des pays où le virus s’est faiblement propagé, alors peu de chance que les autorités ouvrent leurs frontières siamoises à des citoyens issus de pays où le virus continue de faire des ravages. D’autant plus si ces citoyens ont une réputation d’indiscipline.


Ceux qui ne reviendront pas

Ne nous leurrons pas, la pandémie peut se présenter comme une opportunité pour les gouvernements qui veulent redistribuer les cartes, s’ouvrir à de nouvelles opportunités. Et la Thaïlande ne devrait pas faire exception à ce niveau.

En fait ici il n’y aura rien de bien nouveau, juste l’accentuation d’un processus déjà mis en place il y a quatre ou cinq ans. Vous vous rappelez le fameux “bad guys out, good guys in” ? Quand ils parlent de “bad guys” les autorités ne font pas uniquement allusion à ceux qui jonglent ( de plus en plus difficilement ) avec divers visas et exemptions de visa, et qui travaillent illégalement. Non, dans les “bad guys” sont inclus tous ceux qui ont des ressources insuffisantes. Et plus la crise va augmenter dans le monde, et plus les conditions d’admissions pour la Thaïlande se feront drastiques.

Ne nous voilons pas la face, les autorités thaïs ne font pas du tout dans le social dès lors qu’il s’agit d’étranger. Si vous avez les moyens en terme financier ou en terme de compétences professionnelles, vous êtes alors les bienvenues. Sinon vous ne serez que de passage. Et même au niveau touristique cela va se ressentir si on se fie aux dernières annonces faites, annonces qui voudraient tendre vers un tourisme de qualité ( entendez qui dépense )  plutôt qu’un tourisme de quantité.

Mais pourquoi dis-je que certains ne reviendront pas ?

Les étrangers prioritaires ont clairement été nommés, ce sont ceux qui sont autorisés à revenir dès maintenant en Thaïlande, ce sont ceux qui détiennent un permis de travail. Bon il y a certes les conditions logiques d’entrée sur le territoire comme le certificat médical et la quarantaine obligatoire. ( Notez quand même qu’il existe dorénavant des zones de quarantaine VIP payantes, hors des zones de quarantaine d’état, un premier pas vers le fameux tourisme de qualité… ). Mais ce qui m’a le plus surpris c’est l’assurance santé de cent mille dollars obligatoire. La Thaïlande n’est pas le seul pays à le faire, le Cambodge avait déjà annoncé une assurance santé obligatoire de cinquante mille dollars pour les étrangers voulant rentrer sur leur territoire suite au covid.

Donc mes craintes c’est que cette même assurance soit exigée sous peu pour tous les expatriés mariés ou retraités qui voudront revenir dès l’ouverture des frontières en Thaïlande. Assurance qui sera ensuite étendue à la majorité des visas et exigible lors des renouvellements. C’est déjà le cas pour les visas retraités, cela risque de suivre pour les autres visas également.

Si cette assurance est exigée pour un retour en Thaïlande, il est à craindre que certains expatriés, trop juste financièrement, ne puissent remplir les conditions pour revenir sous les latitudes siamoises.


Découvrez également notre chaine youtube dédiée à tous ceux qui veulent s’expatrier, vivre et travailler en Thaïlande.

Ouverture des frontières en Thaïlande, ceux qui ne rentreront pas.

Cet article a 4 commentaires

  1. loquet

    bonjour francaise habitant en belgique j’aimerais partir en vacances en taillande …

    1. siamexpat

      IL faudra attendre que la Thaïlande ouvre ses portes aux citoyens de l’union européenne.

  2. Yus

    Bonjour,
    Si j’ai un employeur prêt à m’embaucher, est-ce que je pourrais obtenir le visa et work permit depuis la France ou faut-il attendre l’ouverture ?

    1. siamexpat

      Si votre employeur vous envoie tous les documents vous pourrez faire une demande de visa non immigrant de 90 jours en vue de l’obtention d’un visa business, c’est d’ailleurs recommandé de le faire si possible. C’est seulement une fois en Thaïlande que vous obtiendrez le visa de travail et le visa d’un an. Néanmoins je ne peux pas vous garantir que vous ferez partie tout de suite des personnes prioritaires sauf bien sûr s’il est prouvé que votre venue en Thaïlande est indispensable au pays.

Laisser un commentaire