Comment acheter un appartement en Thaïlande ( acheter un condo ) ? Législation, pièges, héritage,…

You are currently viewing Comment acheter un appartement en Thaïlande ( acheter un condo ) ? Législation, pièges, héritage,…

Acheter un appartement en Thaïlande semble assez simple de prime abord. Mais attention, il y a des pièges à éviter, des règles à respecter et des conseils à suivre si vous désirez faire l’achat d’un condo à Bangkok, Phuket, Chiang Mai, Koh Samui ou ailleurs au Royaume du Siam.

Alors, avant de rentrer dans le vif du sujet, je vais répondre tout de suite à l’éternelle question : non il n’est pas nécessaire d’avoir un visa non immigrant thaï pour acheter un appartement en Thaïlande. Il suffit juste d’avoir un compte bancaire au pays du sourire. Ce compte servira à réceptionner l’argent que vous transférerez depuis le compte de votre pays de résidence pour effectuer l’achat de condo en Thaïlande.

Oui ne vous étonnez pas, ici on emploie souvent le terme de condo ou condominium pour parler d’un appartement. Donc par exemple si vous voyez une annonce disant condo à vendre à Bangkok, c’est exactement la même chose qu’appartement à vendre à Bangkok.

Néanmoins le terme de condo ( abrégé de condominium ) a une signification juridique bien précise en Thaïlande, nous allons voir cela en détails un peu plus bas dans cet article.

Bref pour vos recherches sur le net vous pouvez aussi bien taper appartement que condo mais par contre, pour votre achat, il faudra bien vérifier qu’il s’agisse d’un condo, juridiquement parlant, afin de ne pas aller au devant de désagréables surprises.

Acheter un appartement en Thaïlande, les prémices.

Bon il est clair que les conseils abordés ici ne sont pas tous à prendre en considération. Cela peut varier selon les objectifs visés. Par exemple vous désirez acheter un appartement en Thaïlande dans le but d’y couler des jours heureux et de laisser ensuite un patrimoine à vos héritiers. Ou bien vous visez plutôt un investissement immobilier à Bangkok ou dans une autre région prisée du Royaume, soit pour louer et en profiter occasionnellement, soit dans l’attente d’une hypothétique plus-value.

Nous ne parlerons pas ici de l’achat d’un appartement thaï en terme d’investissement et de profits mais nous contenterons plutôt de l’acquisition de condo dans le cadre d’une utilisation personnelle. 

Le premier des conseils que je pourrais donner est de vous faire seconder par un cabinet d’avocats pour tout ou partie des démarches. De préférence un cabinet qui travaille avec des partenaires francophones, tant en Thaïlande que sur le vieux continent.
Si cela peut vous aider j’ai fait un article sur ce sujet ( https://expatsiam.com/ou-trouver-un-avocat-en-thailande/ )

Vous verrez au cours de cet article que le recours à des hommes de loi peut vous éviter bien des désagréments, vous permettre de faire des économies et éventuellement d’éliminer les risques de perdre tout ou partie de votre investissement.

Avant de jeter votre dévolu sur une unité d’habitation il est essentiel de respecter quelques règles de bon sens.

La première d’entre elles seraient de prospecter un peu dans le pays afin de voir quelles régions vous plaît réellement. Parfois les gens se ruent après avoir passé d’agréables vacances mais attention : se plaire quelque part sur un laps de temps réduit, qui plus est dans des conditions estivales, ne signifie pas que ce même endroit vous séduira toujours autant sur le moyen et long terme.
Prospecter, découvrez le pays, peser le pour et le contre de chaque localisation. Et si une région vous plait pourquoi ne pas commencer par une location, histoire de vous acclimater et de voir si votre nouveau port d’attache correspond à vos aspirations.

Une fois la région trouvée, prenez votre temps pour prospecter, interroger, fouiner. Parfois il y a des opportunités hors des agences immobilières.
Si un appartement vous plait, prenez le temps de découvrir ses environs, de jour, en soirée, plus tard dans la nuit. Des espaces très agréables de la journée peuvent devenir des enfers une fois la nuit tombée, ceux qui habitent à proximité d’un karaoké pourront vous le confirmer.

Lorsque vous visitez un appartement mis en vente, essayez de vous projeter, c’est un achat fait pour des années. Nombre de condominium ont des espaces relativement réduits, de 20 à 30 mètres carrés. Ce sont des espaces dans lesquels vous passerez de nombreuses heures et à la longue cela peut devenir une sorte de cage dorée, une cellule certes joliment aménagée mais dont on a vite fait le tour, qui n’est pas extensible et dont l’agencement vous offre peu d’opportunités pour des réaménagements.
La vue peu aussi avoir son importance, c’est la première des ouvertures sur l’extérieur, votre vis à vis permanent. Si votre terrasse ouvre sur un paysage agréable, changeant, vivant, en mouvement, cela offrira une sorte d’extension agréable à votre logis. S’il donne sur un mûr sombre et sale, une façade figée, un voisinage bruyant ou peu discret, des remontées d’odeurs peu agréables, alors votre condo vous semblera de plus en plus étroit.

L’autre point à prendre en compte c’est la proximité des commerces de premières nécessités, d’un service de bus ou de moto taxis, pourquoi pas d’une station de métro ou de train aérien si vous habitez dans la capitale siamoise.

Avoir un service de laverie, un centre de fitness, un co-working ou encore une piscine sont des avantages à surtout ne pas négliger. Un parking privé et couvert serait assurément la cerise sur le gâteau, surtout dans des villes particulièrement embouteillées ou les places pour se garer ne sont pas légions.

Acheter un appartement en Thaïlande, les règles de base

Il y a des règles qui sont immuables pour acheter un appartement en Thaïlande.

Provenance des fonds :

acheter un condo en ThaïlandeTout d’abord l’argent doit provenir de l’étranger, d’un compte à votre nom. Cet argent doit être transféré sur un compte thaï, ce dernier également à votre nom.
Avec le durcissement de la législation il est de plus en plus difficile d’ouvrir un compte en Thaïlande sans posséder de visa non immigrant.
Une des solutions, si vous ne disposez pas du visa adéquat, est de présenter une promesse de vente au banquier afin qu’il vous ouvre le compte nécessaire à la future transaction.

L’autre solution, c’est de pousser toutes les portes des agences bancaires, de préférence dans les centres commerciaux des zones touristiques et d’espérer qu’un des responsables accepte de vous ouvrir le précieux sésame bancaire. Mais bon, il faut être patient, il vous faudra sans doute pousser beaucoup de portes, marcher pas mal, attendre patiemment pour au final avoir une fin de non recevoir.
Le plus facile sera pour ceux qui auront opté pour l’accompagnement par un cabinet d’avocats. Ces derniers fourniront toutes les garanties nécessaires à la banque afin qu’elle vous ouvre un compte. Vous pourrez de plus bénéficier d’une agence ayant pignon sur rue et offrant des services en ligne qui pourront s’avérer intéressants pour votre confort de vie futur.

Respecter l’article 19 de la loi concernant les condominiums :

En fait l’article 19 de la loi sur les condominiums liste juste les divers statuts possibles pour qu’un étranger puisse acheter un appartement en Thaïlande.

Il y a 5 statuts possibles et comme je suis sympa, je vais éviter que vous cherchiez trop longtemps afin de voir si vous correspondez à un de ces statuts. La grande majorité des étrangers achetant un condo en Thaïlande relève du statut numéro 5. En fait cela correspond tout à fait à ce que je décris plus haut quand à la nécessité d’avoir un compte en Thaïlande et de transférer l’argent de votre acquisition depuis votre compte à l’étranger vers votre compte en Thaïlande.
Ce statut cautionne en même temps le fait que vous puissiez acheter en Thaïlande sans pourtant y résider avec un visa non immigrant. Cela signifie aussi qu’il est possible d’acheter un condominium en Thaïlande par procuration, d’où l’intérêt d’avoir contact avec un cabinet d’avocats fiable et compétent.

Voyons un peu ensemble quels sont les 5 statuts qui permettent à un étranger d’accéder à la propriété d’un logement en copropriété.
ATTENTION : le terme copropriété à toute son importance, nous allons voir cela tout de suite dans le paragraphe suivant.

  1. Étrangers autorisés à résider dans le Royaume de Thaïlande en vertu de la loi sur l’immigration.
  2. Étrangers autorisés à entrer dans le Royaume de Thaïlande en vertu de la loi sur la promotion des investissements.
  3. Personnes morales enregistrées en tant que personnes morales en vertu de la loi thaïlandaise.
  4. Personnes morales étrangères au titre de l’annonce du Conseil exécutif national et ayant obtenu un certificat de promotion en vertu de la loi sur la promotion des investissements.
  5. Étrangers ou personnes morales considérées par la loi comme des étrangers qui ont introduit des devises étrangères au Royaume de Thaïlande ou qui ont retiré de l’argent du compte bancaire thaïlandais de la personne résidant hors du Royaume ou qui ont retiré de l’argent d’un compte en devises étrangères.

Droit de la propriété :

Alors comme expliqué un peu plus haut, pour une recherche sur google vous pouvez aussi bien taper « acheter un appartement en Thaïlande » que « acheter un condo en Thaïlande ».
Par contre pour l’acquisition de votre futur bien immobilier il faudra bien vérifier que vous achetez un condo ( condominium ) tel qu’il est référencé dans la législation du Royaume.

Pour commencer, la définition de condo vue selon la législation du pays :

Un condo ( condominium ) est un bien immobilier ( un bâtiment ) divisé en plusieurs unités ( appartements ). Chaque unité est occupée séparément par un propriétaire unique.
Néanmoins il existe des espaces et des services communs ( couloirs, ascenseurs, piscine, fitness, buanderie,… ) qui sont gérés par l’ensemble des propriétaires du bâtiment. Cette gestion se fait par le biais d’une association de propriétaires, appelée « condominium juristic person » en Thaïlande.

Bon, première chose primordiale à savoir. Il existe deux types de bâtiments résidentiels en Thaïlande :

  • les condos enregistrés en vertu de la loi sur les condominiums avec un permis de copropriété.
  • Les appartements non enregistrés selon la loi sur les condominiums.

acheter une maison en ThaïlandeSeuls les condos enregistrés en vertu des lois sur les copropriétés et enregistrés auprès du département foncier offrent la pleine propriété individuelle avec un titre de propriété émis par le gouvernement (titre de propriété). La Loi sur les condominiums spécifie, par exemple, la procédure et les exigences pour qu’un immeuble à logements multiples soit autorisé en tant que condo.

Les condos ont des conditions, des engagements, des restrictions et souvent des règles supplémentaires qui régissent la façon dont les propriétaires individuels doivent partager l’espace. Ils sont principalement régis par leurs règles et règlements internes ainsi que par la loi thaïlandaise sur les condominiums . 

Les règles internes régissent la gestion du bâtiment, c’est-à-dire que les unités ne peuvent pas être utilisées comme adresse commerciale ou d’entreprise, les restrictions de location et les questions relatives aux animaux de compagnie.

Une fois de plus, je ne peux que conseiller vivement de passer par un cabinet d’avocats afin que ce dernier épluche attentivement les règles et contraintes que vous devrez suivre en temps que futur propriétaire et membre de l’association des propriétaires de votre bâtiment. Une bonne traduction en français et une explication précise des engagements que vous prendrez sont assurément nécessaires pour un long séjour agréable au sein de votre nouvelle demeure.

Pas plus de 49%

Hé oui, vous tombez amoureux d’un bâtiment magnifique plein de potentiel, pas de chance, vous en pouvez pas acquérir l’ensemble des unités d’habitation. Sauf bien sûr si vous êtes Thaïlandais. Pour les étrangers la règle des 49/51 s’applique.

Un exemple simple, si un bâtiment compte cent appartements, n’espérez pas pouvoir en acheter plus de 49. Bon, je suis d’accord avec vous, quand un étranger désire acheter un appartement en Thaïlande il est rarement là pour acheter l’ensemble d’un immeuble.

Néanmoins il est utile de connaitre cette règle. En effet, lors de l’achat de votre condo, le vendeur devra fournir un document, validé par les responsables de l’association des propriétaires de l’immeuble, spécifiant que l’unité proposée à la vente entre bien dans le cadre du respect du quota des 49%. Sans ce document, pas d’achat possible.
Et il en est de même si vous désirez revendre votre unité d’habitation à l’avenir.

FET, Foreign Exchange Transaction ( anciennement appelé Thor Tor 3 ) :

J’en parle ici car on m’avait déjà posé la question en message privé, surtout concernant cette fameuse appellation Thor Tor 3.
Donc vous savez dorénavant que cette appellation a été remplacée par le fameux FET.

Le FET concerne les transactions financières. C’est un document bancaire à remettre entre les mains du Département Foncier lors de l’enregistrement de votre achat immobilier.
En gros, dès qu’un transfert de fonds de devises étrangères, égal ou supérieur à cinquante mille dollars, arrive sur un compte thaïlandais, le banquier doit rédiger un FET et le déclarer à la Banque de Thaïlande.

Pour un montant inférieur à 50.000 dollars, pas de FET, pas de déclaration à la Banque de Thaïlande mais néanmoins un document similaire qu’il vous faudra remettre au Département Foncier.

Frais de transfert et taxes :

Il existe diverse taxes et des frais impliqués lors du transfert d’une unité de condo en Thaïlande. Par exemple, frais de transfert (frais d’enregistrement de propriété), droit de timbre, retenue à la source et, le cas échéant, une taxe professionnelle spécifique.

Il n’y a pas de taxes foncières générales en Thaïlande. Il existe une taxe d’entretien locale très faible et une taxe foncière et d’habitation. La taxe foncière et la taxe d’habitation ne s’appliquent pas aux condos.

La façon dont les divers coûts sont répartis entre l’acheteur et le vendeur dans une revente dépend de ce qu’il a été convenu dans le contrat de vente et d’achat. Il se peut donc que l’acheteur paie tout, ou bien que ce soit le vendeur.

En tout état de cause, et au risque de me répéter, il est parfois plus judicieux de faire analyser ou rédiger le contrat d’achat et de vente par des hommes de loi aguerris, cela évite souvent des désillusions futures.

Le titre de propriété :

Et bien voilà enfin réalisé votre rêve d’acheter un appartement en Thaïlande. Vous avez trouvé la perle rare, avez évité toutes les embûches, le contrat vous liant à l’association des propriétaires vous convient, vous avez payé et déclaré votre bien auprès de l’administration dédiée, vous pouvez enfin obtenir le titre de propriété de votre unité d’habitation.

Le titre de propriété doit contenir les informations suivantes :

  • Position et emplacement du terrain et superficie du terrain du condo;
  • Position et emplacement;
  • Superficie et plan de l’appartement indiquant la largeur, la longueur et la hauteur ;
  • Rapport de propriété des parties communes et droits de vote ;
  • Nom et prénom de la personne propriétaire de l’appartement ;
  • Index d’enregistrement des droits et actes juridiques ;
  • Signature ;
  • Fonction et sceau du fonctionnaire compétent. 

Le transfert de propriété d’un condo et le titre de propriété ont toujours lieu au Département foncier.

Un petit résumé pour y voir plus clair :

Les documents principaux à prévoir pour l’achat ou la revente de l’unité d’habitation d’un condominium :

  • Le vendeur doit fournir une lettre de garantie émise par la personne morale de copropriété certifiant que le condo se situe dans le quota de propriété étrangère de 49%  ;
  • Le vendeur devra fournir une lettre indiquant qu’il n’y a pas de frais impayés pour l’unité à la personne morale de copropriété. 
  • Le formulaire FET ;
  • Les cartes d’identité ou passeports ;
  • Un certificat de mariage ou de divorce (le cas échéant) ;
  • Une procuration du bureau foncier «Tor Dor 21» si vous ne vous présentez pas vous-même au bureau foncier pour le transfert de propriété.

Bien immobilier et héritage, mes enfants peuvent ils hériter de mon condo ?

Vivre le présent c’est bien mais il faut aussi penser au futur, aux ayant droits

Bon je ne suis pas avocat ni même conseillé juridique. Ce que je sais c’est qu’il est tout à fait possible pour vos ayant droits d’hériter de vos bien immobiliers en Thaïlande. Ou bien de tout perdre…

En fait, si vous désirez par exemple que vos enfants héritent de votre condo, il va falloir préparer cela en amont peut être même dès le transfert de fonds si possible. En cela un avocat vous sera d’un précieux conseil.

Au pire, si vous vous êtes un peu précipité, il est toujours temps de faire un testament en Thaïlande, croyez moi que cela évitera bien des déconvenues et de coûteux combats à vos héritiers. Je ferai d’ailleurs très prochainement un article sur le testament au pays du sourire.

En tout état de cause, les héritiers ont 60 jours après votre décès ( que je vous souhaite le plus tardif possible ) pour faire valoir leurs droits. Si vous n’avez pas été assez prévoyant peut être pourront ils obtenir un délai d’un an pour tenter de vendre votre condo et ne pas tout perdre.

Mais bon, si vous lisez ces lignes je gage que vous prendrez toutes les dispositions et demanderez tous les conseils nécessaires afin d’éviter toute déconvenue à vos ayants droits.

acheter un condominium en Thaïlande

Acheter un appartement en Thaïlande, la suite pour les plus courageux :

Dans cet article je vous ai parlé de cette loi qui couvrait les condominiums ( BE 2522 ). Et bien en voici une traduction en français de cette loi et de tous ces articles.

Loi sur les condominiums ( BE2522 )

Section 1. La présente loi est appelée Loi sur les condominiums BE 2522 :

Section 2. La présente loi entre en vigueur après l’expiration de cent quatre-vingts jours à compter de la date de la présente publication au Journal officiel.

Section 3.Toutes les autres lois, règles ou réglementations relatives à la partie prévue aux présentes ou qui sont incompatibles avec les dispositions de la présente loi sont remplacées par la présente loi.

Section 4. La présente loi.

Condominium : L’immeuble où les personnes peuvent détenir la propriété séparément selon la section selon laquelle chaque section comprend la propriété personnelle dans la propriété et la copropriété dans la propriété commune.

Biens personnels : Désigne l’appartement et signifie inclure la structure ou le terrain attribué individuellement au propriétaire de l’appartement.

Appartement : désigne une partie distincte d’un condominium qui peut être détenue séparément par un particulier.

Propriété commune : désigne la partie de la copropriété qui n’est pas l’appartement, le terrain sur lequel se trouve la copropriété et le terrain ou autre bien mis à disposition pour usage ou pour les bénéfices communs des copropriétaires.

Titre de propriété de l’appartement : désigne le document attestant la propriété des biens personnels et la copropriété dans la propriété commune.

Copropriétaires : désigne les propriétaires des appartements de la copropriété de chaque condominium.

Condominium Juristique : désigne la personne morale inscrite en vertu de la présente loi.

Règlements : désigne le règlement de la copropriété juridique.

Assemblée générale : désigne une assemblée générale ordinaire ou une assemblée extraordinaire des copropriétaires, selon le cas.

Comité : désigne le comité des personnes morales de copropriété (dans cette traduction parfois également appelé conseil).

Membre du comité : Désigne un membre du comité des personnes morales du condominium (parfois référé à un membre du conseil).

Directeur : signifie un gestionnaire de la personne morale de condominium.

Officiel compétent : désigne la personne nommée par le ministre pour l’exécution de la présente loi.

Ministre : désigne le ministre ayant la charge et le contrôle de l’exécution de la présente loi.

Section 5. Le ministre de l’Intérieur aura la charge et le contrôle de l’exécution de la présente loi et aura le pouvoir de nommer un fonctionnaire compétent, d’édicter des règlements ministériels, de fixer les frais et dépenses ne dépassant pas les taux ci-annexés et de prescrire d’autres entreprises pour la réalisation de la présente loi

Ces règlements ministériels entreront en vigueur dès leur publication au Journal officiel.

CHAPITRE 1

Enregistrement de copropriété

Section 6. Tout propriétaire de terrain et de bâtiment souhaitant enregistrer ledit terrain et bâtiment en tant que copropriété en vertu de la présente loi doit déposer une demande d’enregistrement de copropriété auprès du fonctionnaire compétent avec:

(1) titre de propriété foncière,

(2) plan de copropriété, y compris entrées et sorties de la voie publique

(3) Détails concernant l’appartement, les biens personnels et les biens communs, tels que; les espaces, la nature des utilisations et les autres intérêts énoncés par le ministre,

(4) La proportion de chaque propriétaire de l’appartement a la propriété de la propriété commune en vertu de l’article 14,

(5) Certificat du demandeur attestant que l’immeuble demandé à être enregistré comme condominium est libre de toute charge et non hypothéqué sauf l’hypothèque de l’immeuble avec le terrain, et

(6) Projet de règlement de la personne morale de condominium

( 7) Autres preuves telles que prescrites dans le règlement ministériel.

Section 6/1. Dans le cas où une personne détenant la pleine propriété du terrain et du bâtiment conformément à l’article 6 a fait des annonces pour vendre les unités de la copropriété, cette personne doit conserver dans son bureau des copies du contenu publicitaire ou des images ou des lettres d’induction annoncées. au grand public, peu importe sous quelque forme que ce soit, jusqu’à ce que toutes les unités soient épuisées et, en outre, au moins un jeu de copies de ces documents doit également être transmis à la société condominiale aux fins de conservation.

En ce qui concerne les publicités sur les ventes des unités de la copropriété sur la partie relative aux preuves et détails énoncés à l’article 6, le contenu et les images publicitaires doivent correspondre de manière identique aux preuves et détails soumis avec la demande d’enregistrement et doivent indiquer clairement les détails relatifs aux biens communs en dehors de ceux fournis à la section 15.

Le contenu publicitaire et les images ou les lettres d’induction seront réputés faire partie intégrante de l’Accord de Vente d’une Unité ou du Contrat de Vente d’une Unité, selon le cas. Si la signification d’un contenu ou d’une image est contradictoire ou incompatible avec le contenu de l’accord de vente d’une unité ou du contrat de vente d’une unité, la construction sur celui-ci doit être effectuée d’une manière avantageuse pour la partie à acheter ou la partie. l’achat de l’unité.

Section 6/2. Un accord de vente d’une unité ou un contrat de vente d’une unité entre la personne qui détient la pleine propriété du terrain et du bâtiment en vertu de la section 6 et la partie à acheter ou la partie qui achète l’unité doit être conclu conformément au formulaire de l’accord ou du contrat établi par le ministre.

Toute partie d’un accord de vente d’une unité ou d’un contrat de vente d’une unité en vertu du premier paragraphe qui n’est pas exécutée conformément à la forme de l’accord ou du contrat établi par le ministre et n’est pas avantageuse pour la partie d’acheter l’unité ou la partie qui achète l’unité, cette partie ne sera pas exécutoire.

Section 7. Dès que le fonctionnaire compétent a reçu la demande d’enregistrement de la copropriété en vertu de la section 6, s’il y a le nom du créancier hypothécaire ou du créancier ayant un droit préférentiel sur ledit terrain et le bâtiment demandé pour enregistrement dans le titre foncier, le Le fonctionnaire publiera ladite demande tout en envoyant entre-temps un avis écrit au créancier pour qu’il se présente au fonctionnaire compétent avec les preuves dans les trente jours à compter de la date de réception dudit avis écrit.

Dès que le fonctionnaire compétent a considéré que le terrain est libre de toute obligation contraignante ou dans le cas où le terrain est sous hypothèque mais que le créancier hypothécaire a donné son accord pour être enregistré comme condominium, le fonctionnaire accepte la demande.

Dans le cas où l’immeuble est sous hypothèque qui ne comprend pas le terrain, il est interdit d’accepter l’enregistrement de la copropriété. Dans ce cas, le fonctionnaire notifie sans délai l’application des motifs de rejet de la demande.

Dans le cas où l’enregistrement est accepté, le fonctionnaire compétent publiera l’enregistrement de la copropriété au Journal officiel.

Section 8. La demande d’enregistrement en vertu de l’article 7 est soumise à la procédure prévue par la présente loi.

Section 9. Une fois que le fonctionnaire compétent a accepté l’enregistrement de la copropriété, le fonctionnaire compétent transmettra le titre foncier déposé en vertu de la section 6 au fonctionnaire du terrain compétent où la copropriété est située dans les quinze jours pour inscription dans l’index pour l’enregistrement de la titre foncier que ledit terrain est assujetti aux dispositions de la présente loi et conserve ledit titre de propriété.

Dans le cas où le terrain est sous hypothèque mais que le créancier hypothécaire a donné son consentement pour enregistrer la copropriété, le fonctionnaire compétent rédige le mémorandum du consentement du créancier hypothécaire en vertu de l’article 7, troisième paragraphe, et le montant que le créancier hypothécaire recevra du règlement de la dette de chaque appartement en vertu de l’article 22 également.

Section 10. Après l’enregistrement de la copropriété et le fonctionnaire compétent a dûment fait le mémorandum dans le titre foncier en vertu de l’article 9, il est interdit d’enregistrer les droits et les actes juridiques concernant ledit terrain, sauf dans le cas prévu par la présente loi et il est interdit de demander l’enregistrement de ladite copropriété créant des obligations envers ladite copropriété.

Section 11. Dans le cas où le fonctionnaire compétent aurait émis une ordonnance refusant l’enregistrement de la copropriété, le demandeur a le droit de faire appel par écrit au ministre dans les trente jours à compter de la date de la connaissance de l’ordre.

Le ministre doit rendre la décision dans les soixante jours à compter de la date de réception de l’appel, la décision du ministre est définitive.

CHAPITRE II

Propriété de l’appartement

Section 12. La propriété de l’appartement est indivisible.

Section 13. Le propriétaire de l’appartement a la propriété de la propriété personnelle qui lui est propre et a la copropriété dans la propriété commune.

Le plancher, cloison de séparation de la pièce divisant tout appartement est considéré comme une copropriété entre lesdits appartements et l’exercice des droits concernant ledit bien doit être conforme à la réglementation.

Le propriétaire de l’appartement ne doit rien faire à ses biens personnels qui pourrait affecter la structure de la charpente, la stabilité, la prévention des dommages au bâtiment ou à d’autres comme le prescrit le règlement.

Section 14. La propriété de la copropriété dans une propriété commune est fonction du rapport entre le prix de chaque appartement et le prix total de tous les appartements au moment de la demande d’enregistrement de copropriété en vertu de l’article 6.

Section 15. Les propriétés suivantes sont considérées comme propriété commune:

(1) Terrain sur lequel la copropriété est située;

(2) Terrain mis à disposition pour un usage ou des avantages mutuels;

(3) Structure à ossature et structures pour la stabilité et la prévention des dommages à la copropriété;

(4) Bâtiment ou partie du bâtiment et équipement mis à disposition pour un usage ou des avantages mutuels;

(5) Machines et outils fournis pour un usage ou des avantages mutuels;

(6) Installations et services fournis à l’usage commun de la copropriété;

(7) Autres biens fournis pour un usage ou des avantages mutuels;

(8) Bureau de la personne morale du condominium;

(9) Biens immobiliers achetés ou acquis en vertu de l’article 48 (1);

(10) Structures ou systèmes construits pour les opérations de sécurité ou la conservation des conditions environnementales dans la copropriété: tels que; système de prévention des risques d’incendie, éclairage, ventilation d’air, climatisation, évacuation des eaux, traitement des eaux usées ou élimination des ordures et des déchets.

(11) Biens dont l’argent est utilisé conformément à l’article 18 pour les soins et l’entretien

Section 16. Les biens communs qui sont des biens immobiliers ne peuvent être poursuivis pour division dans l’exécution de l’hypothèque ni vendus aux enchères séparément des biens personnels.

Section 17/1 Dans le cas où un espace dans la copropriété est réservé comme lieu pour exercer l’entreprise, le système d’entrée et de sortie de cette zone doit être spécifiquement mis en place afin d’éviter toute perturbation de la jouissance paisible de la copropriétaires.

Nul ne sera autorisé à s’engager dans des transactions commerciales dans la copropriété sauf s’il s’agit d’une transaction commerciale dans la zone de la copropriété désignée conformément au paragraphe un.

Section 18 Les copropriétaires partageront conjointement les paiements des frais d’impôts et de droits conformément au ratio de la pleine propriété commune en vertu de l’article 14, par chaque copropriétaire.

Les copropriétaires partageront conjointement les paiements des dépenses engagées à la suite de la fourniture de services communs ainsi que des équipements, appareils et installations ayant des usages communs et les dépenses engagées en raison de la garde, de l’entretien et de l’exploitation des biens communs conformément à le ratio de la pleine propriété dans la propriété commune en vertu de l’article 14, par chaque copropriétaire ou conformément à la part de l’avantage sur l’unité, à condition toutefois que cela soit conforme aux exigences énoncées dans le Règlement.

Une personne en pleine propriété sur le terrain et le bâtiment en vertu de l’article 6 est le copropriétaire de l’unité dont la propriété n’a pas encore été transférée à une personne et doit partager conjointement les paiements des dépenses en vertu des paragraphes un et deux pour un tel unité particulière, ainsi.

Section 18/1 Dans le cas où un copropriétaire n’effectue pas les paiements prévus à l’article 18 dans les délais prescrits, ce copropriétaire paiera une surtaxe au taux ne dépassant pas douze pour cent (12%) par an du montant impayé sans composé frais d’intérêt à condition toutefois que cela soit conforme aux exigences énoncées dans les statuts.

Un copropriétaire ayant un montant en arriérés en vertu de l’article 18 de six mois et plus doit payer une surtaxe au taux ne dépassant pas vingt pour cent (20%) par an et peut être suspendu de recevoir des services communs ou d’utiliser la propriété commune comme indiqué dans le règlement. -les lois y compris l’inexistence du droit de vote à l’Assemblée générale.

La surtaxe en vertu du paragraphe un sera considérée comme les dépenses en vertu de l’article 18.

Article 19 Les étrangers (étrangers) et les personnes morales considérées par la loi comme des étrangers (étrangers) peuvent détenir la propriété d’un appartement dans les cas suivants:

Les étrangers autorisés à résider dans le Royaume en vertu de la loi sur l’ immigration ;

Les étrangers autorisés à entrer dans le Royaume en vertu de la loi sur la promotion des investissements ;

Les personnes morales conformément aux articles 97 et 98 du Code foncier et enregistrées comme personnes morales en vertu de la loi thaïlandaise;

Les personnes morales qui sont des étrangers en vertu de l’annonce du Conseil exécutif national n ° 281 du 24 novembre ( article 4 actuel de la loi sur les entreprises étrangères), BE 2515 et qui ont obtenu un certificat de promotion en vertu de la loi sur la promotion des investissements;

Étrangers ou personnes morales considérés par la loi comme des étrangers qui ont introduit des devises étrangères dans le Royaume ou retirent de l’argent du compte en bahts thaïlandais de la personne qui réside hors du Royaume ou retirent de l’argent d’un compte en devises.

 

Section 19/2 (bis) Chaque copropriété doit avoir des étrangers ou des sociétés comme indiqué à l’article 19 détenant la propriété des unités collectivement ne dépassant pas quarante-neuf pour cent (49%) des espaces des unités entières dans cette copropriété particulière au moment de faire l’enregistrement d’un tel condominium conformément à l’article 6.

Section 19/3 (ter) Lors du transfert de propriété d’un appartement à un étranger ou à une personne morale tel que spécifié à l’article 19, le demandeur de transfert de propriété de l’appartement doit notifier au fonctionnaire compétent le nom de l’étranger ou de la personne morale comme spécifié. à la section 19, ainsi que la proportion d’espace d’appartements appartenant déjà à ces étrangers ou personnes morales, et l’étranger ou la personne morale qui demande à être propriétaire de l’appartement doit présenter les preuves suivantes au fonctionnaire compétent;

(1) Pour l’étranger tel que spécifié à l’article 19 (1), la preuve de l’autorisation de résider dans le Royaume en vertu de la loi sur l’immigration doit être présentée;

(2) Pour l’étranger tel que spécifié à l’article 19, la preuve de l’autorisation d’entrer dans le Royaume en vertu de la loi sur la promotion des investissements doit être présentée;

(3) Pour la personne morale telle que spécifiée dans la section 19 (3), la preuve de son enregistrement en tant que personne morale en vertu de la loi thaïlandaise doit être présentée;

(4) Pour la personne morale telle que spécifiée à l’article 19 (4), la preuve de l’obtention d’un certificat de promotion en vertu de la loi sur la promotion des investissements doit être présentée;

(5) Pour les personnes morales visées à l’article 19 (5), elles doivent produire la preuve de l’introduction de devises étrangères dans le Royaume ou la preuve du retrait d’argent du compte en baht thaïlandais de la personne qui réside hors du Royaume ou du retrait d’argent de compte en devises d’un montant non inférieur au prix de l’appartement à acheter.

Section 19/4 (trimestre) Dès que l’autorité compétente a reçu les documents et preuves en vertu de l’article 19 ter et après avoir examiné et jugé qu’ils sont corrects conformément aux dispositions de l’article 19 ter et le ratio de possession de l’appartement d’étrangers ou les personnes morales en vertu de l’article 19, de ceux qui détenaient déjà la propriété et de ceux qui demandent l’acceptation du transfert, ne dépassant pas la ration prescrite au premier paragraphe de l’article 19 bis, ou étant en conformité avec le deuxième paragraphe et le troisième paragraphe de l’article 19 bis, l’autorité compétente procède à l’enregistrement des droits et actes juridiques concernant les appartements en vertu du chapitre 4 pour les étrangers ou les personnes morales qui demandent l’acceptation du transfert.

Section 19/5 (quinque) L’étranger ou la personne morale tel que prévu à l’article 19 doit disposer de l’appartement dans les cas suivants:

Lorsque l’étranger ou la personne morale stipulé à l’article 19 a acquis des appartements par héritage en qualité d’héritier légal ou d’héritier par testament ou par d’autres moyens selon le cas, et lorsqu’il comprend l’appartement déjà détenu par ces étrangers ou personnes morales stipulés dans L’article 19 excédant le rapport prescrit au premier paragraphe de l’article 19 bis ou n’étant pas conforme au deuxième alinéa ou au troisième alinéa de l’article 19 bis;

Lorsque l’autorisation de résider dans le Royaume de l’étranger tel que spécifié à l’article 19 est révoquée ou que son certificat de résidence n’est plus valide;

Lorsque l’étranger tel que spécifié dans la section 19 (1), (2) et (5) est expulsé du Royaume, et n’a pas bénéficié d’un assouplissement ou n’est pas envoyé pour gagner sa vie n’importe où au lieu d’être expulsé;

Lorsque l’étranger tel que spécifié à l’article 19 (4) ne reçoit pas la permission du Board of Investment de rester dans le Royaume;

Lorsque le certificat de promotion de la personne morale tel que spécifié à l’article 19 (4) est révoqué.

L’étranger ou la personne morale qui est obligé de disposer de l’appartement en vertu du premier alinéa doit en aviser par écrit le fonctionnaire compétent dans le délai de soixante jours à compter de la date à laquelle la cause de cette disposition est survenue en vertu du premier alinéa.

Dans le cas du (1), seuls les appartements excédant la proportion désignée seront aliénés; dans le cas de (2), (3), (4) et (5), tous les appartements possédés doivent être cédés.

La disposition des appartements en vertu du troisième alinéa doit être effectuée dans un délai n’excédant pas un an à compter de la date d’acquisition de la propriété de ces appartements, ou de la date de révocation de l’autorisation de résider dans le Royaume, ou de l’invalidation de la résidence. certificat ou la date de la décision d’expulsion ou de la date de révocation par le Board of Investment de l’autorisation de rester dans le Royaume, ou la date de révocation du certificat de promotion, selon le cas. Si l’aliénation n’est pas faite dans ledit délai, le directeur général du département foncier aura le pouvoir de disposer de cet appartement, ainsi que les dispositions relatives à l’obligation de disposer d’un terrain en vertu du chapitre 3 du code foncier et du règlement ministériel. délivré en vertu de celui-ci doit être appliqué à la disposition de cet appartementmutatis mutandis .

Section 19/6 (sexe) Lorsque le fonctionnaire habilité émet une ordonnance de révocation de l’autorisation pour les étrangers de résider dans le Royaume, ou lorsque les faits semblent au fonctionnaire que le certificat de résidence de l’étranger n’est plus valable pour l’étranger en tant que spécifié à l’article 19 (1), (2) ou (5) hors du Royaume, ou émet une ordonnance révoquant l’autorisation pour l’étranger comme spécifié à l’article 19 (2) de rester dans le Royaume, ou émet une ordonnance annulant la promotion certificat pour la personne morale tel que spécifié à l’article 19 (4), selon le cas, ce fonctionnaire doit en informer le directeur général du département foncier dans les soixante jours à compter de la date d’émission de l’ordonnance ou de la date de connaissance de ces faits .

Section 19/7 (septem) Un étranger ou une personne morale considérée par la loi comme un étranger autre que ceux spécifiés dans la section 19 qui acquiert un appartement par héritage en tant qu’héritier ou légataire statutaire ou autrement, selon le cas, doit en informer le compétent par écrit Fonctionnaire dans un délai de soixante jours à compter de la date d’acquisition de la propriété de l’appartement, et doit disposer de cet appartement dans un délai ne dépassant pas un an à compter de la date d’acquisition de la propriété de l’appartement. Si la disposition n’est pas faite dans ledit délai, les dispositions du quatrième alinéa de l’article 19 quinque s’appliquent mutatis mutandis .

Section 19/8 (octo) Toute personne qui a acquis la propriété d’un appartement alors qu’elle avait la nationalité thaïlandaise, et perd par la suite la nationalité thaïlandaise en raison de la renonciation à la nationalité thaïlandaise, de la conversion de la nationalité ou de la révocation de la nationalité thaïlandaise en vertu du droit national, et n’est pas étrangère en tant que spécifié dans la section 19, notifiera par écrit au fonctionnaire compétent la perte de la nationalité thaïlandaise et l’incapacité de continuer à détenir la propriété de l’appartement dans un délai de soixante jours à compter de la date de la perte de la nationalité thaïlandaise, et disposera de tous les appartements appartenant à dans un délai ne dépassant pas un an à compter de la date de la perte de la nationalité thaïlandaise. Si la disposition n’est pas faite dans ledit délai, les dispositions du quatrième alinéa de l’article 19 quinque s’appliquent mutatis mutandis .

Section 19/9 (novem)Quiconque acquiert la propriété d’appartements au moment où il est de nationalité thaïlandaise, si par la suite ladite personne perd sa nationalité thaïlandaise en raison de l’abandon de la nationalité thaïlandaise, de la dénaturalisation ou d’avoir été dénaturalisée de la nationalité thaïlandaise en vertu de la loi régissant la nationalité, et ladite personne est un étranger tel que stipulé à la section 19, s’il souhaite continuer à en détenir la propriété, doit informer l’autorité compétente par écrit de la perte de la nationalité thaïlandaise et doit produire la preuve qu’il est un étranger stipulé à la section 19 à l’autorité compétente dans un délai de cent et quatre-vingts jours à compter de la date de la perte de la nationalité thaïlandaise. Toutefois, si la propriété en appartement dudit étranger excède la ration prescrite au premier alinéa de l’article 19 bis, ou n’étant pas conforme au deuxième alinéa du troisième alinéa de l’article 19 bis, il dispose de l’appartement qui excède le ratio dans un délai d’un an à compter de la date de la perte de la nationalité thaïlandaise. S’il ne dispose pas dudit appartement dans ledit délai, les dispositions du quatrième alinéa de l’article 19  s’appliquent mutatis mutandis .

Si l’étranger en vertu du premier alinéa ne souhaite pas continuer à détenir la propriété de l’appartement, il notifiera par écrit au fonctionnaire compétent la perte de la nationalité thaïlandaise dans un délai de soixante jours à compter de la date de la perte de la nationalité thaïlandaise, et en disposera de tous les appartements dont il est propriétaire dans un délai ne dépassant pas un an à compter de la date de la perte de la nationalité thaïlandaise. Si la disposition n’est pas faite dans ce délai, les dispositions du quatrième alinéa de l’article 19 quinque s’appliquent mutatis mutandis .

Section 19/10 : Une personne morale qui avait la nationalité thaïlandaise et détient la propriété de l’appartement, et par la suite la nature de cette personne morale change pour devenir celle considérée par la loi comme un étranger et qui n’est pas une personne morale spécifiée à l’article 19, doit notifier par écrit au fonctionnaire compétent le changement de sa nature et l’incapacité de continuer à détenir la propriété de l’appartement dans un délai de soixante jours à compter de la date de ce changement et de disposer de tous les appartements dont il est propriétaire dans un délai ne dépassant pas un année à compter de la date de ce changement. Si la disposition n’est pas faite dans ledit délai, les dispositions du quatrième alinéa de l’article 19 s’appliquent mutatis mutandis .

Chapitre 19/11 : Pour les personnes juristes qui sont de nationalité thaïlandaise et détiennent la propriété de l’appartement, et par la suite la nature de cette personne morale change pour devenir celle considérée par la loi comme un étranger et peut détenir la propriété de l’appartement car il s’agit d’une personne morale comme spécifié à l’article 19, s’il souhaite continuer à détenir la propriété de l’appartement, il notifiera par écrit au fonctionnaire compétent le changement de sa nature et soumettra des preuves montrant qu’il s’agit d’un étranger tel que spécifié à la section 19 au fonctionnaire compétent dans les cent quatre-vingts jours à compter du date du changement. Mais si la propriété des appartements de cette personne morale dépasse la proportion spécifiée à la section 19 bis, elle doit disposer des appartements au-delà de la proportion prescrite dans un délai n’excédant pas un an à compter de la date de ce changement.mutatis mutandis .

Si la personne morale en vertu du premier alinéa ne souhaite pas continuer à détenir la propriété de l’appartement, elle doit informer par écrit le fonctionnaire compétent du changement de sa nature dans un délai de soixante jours à compter de la date de ce changement et doit disposer de tout l’appartement. dont elle est propriétaire dans un délai ne dépassant pas un an à compter de la date de ce changement. Si la disposition n’est pas faite dans ledit délai, les dispositions du quatrième alinéa de l’article 19 quinque s’appliquent mutatis mutandis .

CHAPITRE III

Titre de propriété de l’appartement

Section 20 Lors de l’acceptation de l’enregistrement de la copropriété en vertu de la section 7, le fonctionnaire compétent délivrera sans délai le titre de propriété de l’appartement conformément au plan de la copropriété enregistré.

L’enregistrement des droits et des actes juridiques en rapport avec l’appartement ne doit pas être effectué avant l’enregistrement de la copropriété juridique en vertu de l’article 31, à l’exception de l’enregistrement du rachat d’hypothèque que le fonctionnaire compétent avait enregistré en vertu de l’article 22 ou du transfert de propriété de tous les appartements à une ou plusieurs personnes en détenant la propriété collectivement.

Article 21 Le titre de propriété de l’appartement doit au moins contenir les principales mentions suivantes:

(1) Situation du terrain et superficie du terrain de la copropriété.

(2) Emplacement, superficie et plan de l’appartement indiquant la largeur, la longueur et la hauteur.

(3) Ratio de propriété des biens communs.

(4) Nom et prénom de la personne propriétaire de l’appartement.

(5) Index d’enregistrement des droits et actes juridiques.

(6) Signature de l’officiel compétent.

(7) Sceau de position de l’officiel compétent.

Le titre de propriété de l’appartement doit être rédigé en double exemplaire, une copie est destinée à la personne ayant la propriété de l’appartement tandis que l’autre copie est conservée au bureau du fonctionnaire compétent. En ce qui concerne la copie conservée au bureau du fonctionnaire compétent, il peut s’agir d’une photocopie. Dans ce cas, il doit être signé par l’officiel compétent et apposé également du sceau officiel.

De, la base et les méthodes de délivrance du titre de propriété d’appartement, y compris le substitut de celui-ci, sont telles que prescrites par le règlement ministériel.

Article 22 Dans le cas où le bien immobilier en vertu de l’article 15 (1) ou (2) est sous hypothèque avant l’enregistrement de la copropriété mais que le créancier hypothécaire avait donné le consentement pour enregistrer la copropriété en vertu de l’article 7, troisième paragraphe, lors de la délivrance du titre d’appartement acte, le fonctionnaire compétent mentionnera que le demandeur est propriétaire de l’appartement et enregistrera ladite hypothèque dans chaque titre de propriété de l’appartement ainsi que le montant d’argent que le créancier hypothécaire recevra des paiements de la dette de chaque appartement en calculant ledit montant d’argent selon ratio de propriété dans la propriété commune dans l’index pour l’enregistrement également.

Après avoir émis le titre de propriété de l’appartement en vertu du premier alinéa, il est considéré que chaque appartement est une garantie de créance hypothécaire spécifiquement sur le spécifié dans ledit titre de propriété de l’appartement.

Section 23 Dans le cas où le fonctionnaire compétent a dûment inscrit l’hypothèque d’un immeuble dans le titre de propriété de l’appartement en vertu de l’article 22; la vente de chaque appartement pour la première fois par la personne qui a demandé l’enregistrement de la copropriété qui est le propriétaire en titre de propriété de l’appartement, le cessionnaire de la propriété de l’appartement reçoit le transfert libre de toute charge hypothécaire.

Section 24S’il apparaît que la délivrance du titre de propriété de l’appartement, l’enregistrement des droits et l’acte juridique en rapport avec l’appartement ou l’inscription dans l’index pour l’enregistrement sont inexacts ou illégaux, le fonctionnaire compétent aura le pouvoir de retirer ou de modifier, selon le cas. le cas peut être.

Le fonctionnaire compétent aura le pouvoir de faire des recherches et de demander le titre de propriété de l’appartement, les documents enregistrant les droits et les actes juridiques, le document enregistrant l’entrée dans l’index pour enregistrement ou d’autres documents pertinents pour examen, mais avant le retrait ou la modification, l’officiel compétent informera les personnes concernées au moins quinze jours à l’avance pour toute réclamation. S’il n’y a pas de protêt dans les trente jours à compter de la date de réception de l’avis, il sera considéré qu’il n’y a pas de protêt. Dans le cas où le fonctionnaire compétent n’est pas en mesure de demander le titre de propriété de l’appartement pour action, le fonctionnaire compétent aura le pouvoir d’émettre un substitut du titre de propriété de l’appartement.

Une fois que l’officiel compétent ayant le pouvoir en vertu du premier paragraphe a pris une décision, celle-ci doit être exécutée en conséquence.

Dans le cas du jugement définitif ou de l’ordonnance de la Cour de retirer ou de modifier de quelque manière que ce soit, le fonctionnaire compétent le fera conformément à l’arrêt ou à l’ordonnance de la Cour.

Section 25 En cas de perte ou de dommage du titre de propriété de l’appartement dans la substance principale, le propriétaire peut demander le remplacement dudit titre de propriété de l’appartement.

Section 26 Dans le cas de la délivrance du substitut du titre de propriété de l’appartement en vertu de la section 24 ou de la section 25, le titre de propriété de l’appartement original sera annulé à moins que le tribunal ne rende une ordonnance contraire.

Section 27 Dans le cas où la copie du titre de propriété de l’appartement conservé au bureau du fonctionnaire compétent est perdue ou endommagée dans sa substance principale, le fonctionnaire compétent aura le pouvoir de demander la copie du titre de propriété de l’appartement pour examen et faire une nouvelle copie en utilisant les preuves originales.

CHAPITRE IV

Enregistrement des droits et des actes juridiques

Article 28 Le fonctionnaire compétent en vertu de la présente loi sera le fonctionnaire compétent enregistrant les droits et actes juridiques en rapport avec l’appartement.

Article 29 Toute personne souhaitant enregistrer les droits et les actes juridiques en rapport avec l’appartement en vertu de la présente loi doit produire le titre de propriété de l’appartement pour enregistrement au fonctionnaire compétent

Dans le cas d’une demande d’enregistrement d’un droit et d’un acte juridique dans une unité, le fonctionnaire compétent n’acceptera la demande d’enregistrement de cette unité et l’acte juridique que lorsque cette unité est exempte de toute responsabilité découlant des dépenses. en vertu de l’article 18 qui, à cet égard, doit produire une lettre d’attestation de la société condominiale indiquant que cette unité est exempte du tout dernier passif.

Le gestionnaire doit délivrer la lettre d’attestation que l’unité est libre de toute responsabilité conformément au paragraphe deux envers le copropriétaire dans les quinze jours à compter de la date à laquelle la demande a été reçue à condition que le copropriétaire ait entièrement effectué le paiement de la dette découlant des dépenses conformément à l’article 18.

Les dispositions du paragraphe deux ne s’appliquent pas dans le cas d’un enregistrement d’un droit et d’un acte juridique sur un transfert de propriété dans une unité avant l’enregistrement de la société condominiale.

Article 30 Les dispositions du chapitre VI du Code foncier, Enregistrement des droits et des lois juridiques et des règlements ministériels en vertu de ladite loi s’appliquent à l’enregistrement des droits et des actes juridiques relatifs à l’appartement mutatis mutandis.

CHAPITRE V

Condominium Juristique

Article 31 Le transfert des droits dans l’appartement à toute personne sans transférer la propriété entière de l’appartement dans la copropriété à une ou plusieurs personnes détenant les droits conjointement ne sera effectué que lorsque le cédant et le cessionnaire des droits dans ledit appartement déposent le demande de transfert des droits dans l’appartement avec la demande d’enregistrement de la copropriété juridique avec la copie du règlement et des preuves dans l’enregistrement de la copropriété au fonctionnaire compétent.

Lorsqu’il le juge correct, le fonctionnaire compétent enregistre le transfert des droits dans l’appartement au cessionnaire et enregistre la copropriété juridique en vertu du premier paragraphe simultanément et le publie au Journal officiel.

Chapitre 32 Le règlement contient au moins les principales mentions suivantes:

(1) Le nom de la copropriété juridique doit également contenir les mots «  condominium juridique  »

(2) Objectifs visés à l’article 33

(3) Lieu du bureau de la copropriété juridique

(4) Montant des dépenses de la copropriété juridique que les copropriétaires doivent payer en avance.

(5) Gestion des biens communs

(6) L’utilisation des biens personnels et des biens communs,

(7) Ratio de la pleine propriété commune que chaque copropriétaire a comme spécifié dans la demande d’enregistrement de condominium,

(8) Ratio des dépenses lorsque le paiement est partagée par les copropriétaires conformément à l’article 18,

(9) Autres déclarations prescrites en vertu du règlement ministériel.

Une modification ou un ajout au règlement qui a déjà été enregistré ne peut être effectué que par résolution de l’assemblée générale des copropriétaires et le gérant enregistrera cette modification ou cet ajout auprès du fonctionnaire compétent dans les trente jours à compter de la date à laquelle la L’assemblée générale des propriétaires a adopté une telle résolution.

Dans le cas où le fonctionnaire compétent estime qu’une telle modification ou ajout n’est pas contraire à la loi, le fonctionnaire compétent enregistre alors cette modification ou ajout de celui-ci.

L’article 33 de la copropriété juridictionnelle dûment enregistrée aura le statut de personne morale et aura pour objectifs de gérer et d’entretenir la propriété commune avec le pouvoir de faire tout acte au profit desdits objectifs. Cependant, il doit être conforme à la résolution des copropriétaires en vertu des dispositions de la présente loi.

Article 34 Dans le cas où une partie de la copropriété serait expropriée en vertu de la loi régissant l’expropriation de biens immobiliers, les copropriétaires dont les appartements ont été expropriés n’auront aucun droit sur les restes de la propriété commune de l’exproprié. Dans ce cas, la copropriété juridique fait en sorte que les copropriétaires dont les appartements n’ont pas été expropriés en indemnisent conjointement le prix aux copropriétaires dont les droits s’éteignent. Cependant, il sera en fonction du rapport de chaque copropriétaire a droit à la propriété commune.

Aux fins d’indemniser le prix aux copropriétaires dont les droits s’éteignent en vertu du premier alinéa, il est considéré que la créance indemnisant ledit prix a un droit préférentiel sur les biens personnels des propriétaires dont les appartements n’ont pas été expropriés de la même manière que les dépenses au titre de l’article 18, deuxième paragraphe.

Article 35 Le condominium juridique doit avoir un gestionnaire qui peut être une personne ordinaire ou une personne morale. Dans le cas où le gérant est une personne morale, cette personne morale nomme une personne ordinaire pour être la personne agissant pour la personne morale en qualité de gérant.

Section 35/1 Le Gestionnaire ne doit pas être âgé de moins de vingt-cinq ans et ne doit pas avoir les interdictions suivantes:

(1) Être en faillite

(2) Une personne incompétente ou quasi-incompétente,

(3) Utilisé pour être congédié, révoqué ou démis de ses fonctions d’un service gouvernemental, d’un gouvernement ou d’une organisation ou agence privée pour délit,

(4) Utilisé pour être emprisonné par jugement définitif sauf une infraction commise par négligence ou délit mineur,

(5) Utilisé pour être démis de ses fonctions de gestionnaire en raison de la corruption ou de sa conduite est préjudiciable ou défectueuse à la moralité.

(6) Avoir une dette impayée étant les dépenses en vertu de l’article 18.

Dans le cas où le gestionnaire est une personne morale, la personne agissant au nom de cette personne morale en qualité de gestionnaire doit également avoir les qualifications et ne doit pas posséder les interdictions décrites au paragraphe un.

Section 35/2 La nomination du gérant doit être conforme à la résolution de l’assemblée générale des copropriétaires conformément à l’article 49 et le gérant ainsi désigné doit apporter les preuves ou le contrat de travail au fonctionnaire compétent pour enregistrement dans les trente jours à compter de la date de l’assemblée générale conjointe des propriétaires a adopté la résolution.

Section 35/3 Le gérant quitte ses fonctions dès

(1) Le décès ou le statut de personne morale a pris fin,

(2) Démission,

(3) La période prescrite par le contrat de travail a pris fin,

(4) Disqualification ou possession des interdictions énoncées à l’article 35 / 1,

(5) Non-respect des dispositions de la présente loi ou du règlement ministériel émis en vertu de la présente loi ou non-respect d’une condition énoncée dans le contrat de travail et que l’Assemblée générale des copropriétaires a adopté une résolution de révocation conformément avec l’article 49.

(6) L’assemblée générale des copropriétaires a adopté une résolution sur la révocation.

Article 36 Le gestionnaire a les pouvoirs et devoirs suivants:

(1) Effectuer les travaux conformément aux objectifs visés à l’article 33 ou à la résolution du règlement ou à la résolution de l’assemblée générale des copropriétaires, sans toutefois être contraire à la loi.

(2) En cas de nécessité et d’urgence, le gérant a le pouvoir, de sa propre initiative, d’exercer les activités pour la sécurité de l’immeuble comme une personne prudente devrait le faire pour sa propriété.

(3) Fournir des opérations de sécurité ou prendre des mesures pour maintenir la paix et l’ordre dans la copropriété.

(4) Agir à titre de représentant de la société condominiale.

(5) S’organiser pour préparer un compte mensuel des reçus et des dépenses et l’afficher sur le tableau d’affichage pour informer les copropriétaires dans les quinze jours à compter de la fin du mois et que cette annonce pertinente sera affichée au moins pendant une période consécutive de quinze journées.

(6) Poursuite de l’exécution forcée d’un copropriétaire pour paiement en retard de dépenses en vertu de l’article 18 depuis plus de six mois.

(7) Autres fonctions prescrites par règlement ministériel.

Le gérant s’acquittera de ses fonctions par lui-même, sauf les affaires par le règlement ou la résolution de l’assemblée générale des copropriétaires conformément à l’article 49 (2) prescrivant que l’autre personne peut être affectée à travailler en son nom et que la personne assigné doit être présent pour accomplir ses tâches conformément au délai fixé par le Règlement.

Article 37 Il y aura un comité d’entreprise de copropriété composé de membres d’au moins trois personnes mais d’au plus neuf personnes nommées par l’assemblée générale des copropriétaires.

Les membres exercent leurs fonctions pendant deux ans chaque mandat. Dans le cas où un membre quitte ses fonctions avant l’expiration de son mandat ou si un membre est en outre nommé au cours duquel les membres déjà nommés ont encore un mandat, le membre ainsi nommé pour siéger ou en plus aura un mandat en mandat équivalent au mandat restant à courir des membres déjà nommés.

À la fin du mandat conformément au paragraphe deux, si de nouveaux membres n’ont pas encore été nommés, les membres qui quittent leurs fonctions à l’expiration du mandat continuent à exercer leurs fonctions jusqu’à ce que les membres nouvellement nommés prennent leurs fonctions.

Un membre sortant de son poste peut être reconduit mais ne pourra occuper plus de deux mandats consécutifs, à moins qu’une autre personne ne puisse être trouvée pour occuper un poste.

Lors des nominations des membres, le gérant enregistre ces nominations auprès du fonctionnaire compétent dans les trente jours à compter de la date à laquelle l’Assemblée générale des copropriétaires a adopté une résolution sur ces nominations.

Article 37/1 Les personnes suivantes sont éligibles à une nomination en tant que membre:

(1) Un copropriétaire ou son conjoint,

(2) Un héritier statutaire, un gardien ou un curateur dans le cas où un copropriétaire est mineur, incompétent ou personne quasi incompétente, selon le cas.

(3) Un mandataire de la société condominiale dans le cas où la société condominiale est un copropriétaire.

Dans le cas où le propriétaire d’une unité se compose de plusieurs copropriétaires, une seule personne peut prétendre à une nomination en tant que membre.

Article 37/2 Une personne éligible à la nomination en tant que membre ne doit pas posséder les interdictions suivantes:

(1) Un mineur, une personne incompétente ou quasi-incompétente,

(2) Utilisé pour être démis de ses fonctions de membre par l’assemblée générale des copropriétaires ou démis de ses fonctions de gérant pour corruption ou sa conduite est préjudiciable ou déficiente aux bonnes mœurs.

(3) Utilisé pour être renvoyé, renvoyé ou renvoyé d’un service gouvernemental, d’un gouvernement ou d’une organisation privée ou d’un organisme pour méfait,

(4) Utilisé pour être emprisonné par jugement définitif, sauf une infraction commise par négligence ou délit mineur.

Section 37/3 En plus de quitter ses fonctions à l’expiration du mandat, un membre quitte ses fonctions dès

(1) Décès,

(2) Démission,

(3) Ne pas être une personne en vertu de l’article 37/1 ou ne pas avoir les interdictions énoncées à l’article 37/2,

(4) L’assemblée générale des copropriétaires a adopté une résolution conformément à l’article 44, le soulageant de son poste.

Article 37/4 Le comité (conseil) élit un membre comme président du conseil et peut élire un membre comme vice-président du conseil.

Article 37/5 Le président du conseil convoque les membres pour une réunion du conseil et dans le cas où au moins deux membres ont soumis une demande de convocation d’une réunion du conseil, le président du conseil fixe la date de cette réunion dans les sept jours à compter de la date de recevoir une telle demande.

Article 37/6 À la réunion du comité (conseil), il doit y avoir des membres d’au moins la moitié du nombre total des membres présents à la réunion pour constituer le quorum.

Lors de la réunion du comité, si le président du conseil n’est pas présent à la réunion ou est incapable de remplir ses fonctions, le vice-président du conseil présidera la réunion en tant que président de la réunion, mais, en cas d’absence du vice-président du conseil ou même toutefois, en sa présence, il n’est pas en mesure de remplir ses fonctions, les membres présents élisent un membre à la présidence du conseil.

La décision de l’Assemblée est prise à la majorité des voix. Lors du vote, chaque membre dispose d’une voix. En cas d’égalité des voix, le président de l’assemblée dispose d’une voix supplémentaire comme voix prépondérante.

Article 38 Le Conseil a les pouvoirs et les devoirs suivants:

(1) Surveiller le contrôle de la direction de la société de copropriété,

(2) Nommer un membre pour assumer les fonctions de gestionnaire de la société de condominium dans le cas où il n’y a pas de gestionnaire ou le gestionnaire est incapable d’accomplir des tâches normales pendant plus de sept jours.

(3) Organiser la réunion du Conseil au moins une fois tous les six mois.

(4) Autres fonctions prescrites par règlement ministériel.

Section 38/1 La société de condominium doit préparer un bilan au moins une fois par cycle de douze mois qui sera considéré comme exercice comptable de cette société de condominium.

Le bilan en vertu du paragraphe 1 doit contenir les détails sur le montant des propriétés et des passifs de la société de copropriété ainsi que le compte de recettes-dépenses et audité par un commissaire aux comptes puis soumis à l’approbation de l’Assemblée générale des copropriétaires dans un délai de cent vingt jours à partir de la date de clôture de l’exercice comptable.

Section 38/2 La société condominiale doit préparer un rapport annuel montrant le résultat opérationnel pour soumission à l’assemblée générale des copropriétaires en même temps que proposer le bilan et que les photocopies de ces documents doivent être transmises aux copropriétaires au moins sept jours avant la date prévue. pour la réunion.

Section 38/3 La société de copropriété doit maintenir le rapport annuel montrant le résultat opérationnel et le bilan, y compris les statuts du siège social de la copropriété, afin de permettre au fonctionnaire compétent ou aux copropriétaires de procéder à un examen conjoint.

La société condominiale doit maintenir le rapport annuel montrant le résultat opérationnel et le bilan en vertu du paragraphe un pendant une période d’au moins dix ans à compter de la date de réception de l’approbation de l’assemblée générale des copropriétaires.

Article 39 La copropriété juridique peut exercer le droit de copropriétaire couvrant tous les biens communs en défendant des personnes extérieures ou en exigeant la restitution des biens au profit de tous les copropriétaires.

Article 40 Les copropriétaires versent de l’argent à la copropriété juridique pour la réalisation de l’entreprise de copropriété juridique comme suit:

(1) Les frais de copropriété juridique que le propriétaire de chaque appartement doit payer à l’avance.

(2) Fonds au moment de commencer à faire quoi que ce soit en vertu du règlement ou de la résolution de l’assemblée générale.

(3) Autres sommes destinées à l’exécution de la résolution de l’assemblée générale dans les conditions fixées par l’assemblée générale.

Section 41 Aux fins de l’exécution du règlement des dettes découlant des dépenses en vertu de l’article 18, la copropriété juridique a les droits préférentiels comme suit:

(1) Les droits de préférence en rapport avec les dépenses en vertu de l’article 18, premier paragraphe sont considérés à titre de droits préférentiels de même nature que les droits préférentiels de l’ article 259 (1) du Code civil et commercial et sur les biens meubles que le propriétaire dudit appartement a amenés dans son appartement.

(2) Les droits préférentiels concernant les dépenses en vertu de l’article 18, deuxième alinéa sont considérés comme des droits préférentiels de même nature que les droits préférentiels en vertu de l’ article 273 (1) du Code civil et commercial et sur les biens personnels de chaque propriétaire de l’appartement.

Droits de préférence visés au (2), si le gérant a dûment soumis la description de la dette au fonctionnaire compétent, celle-ci est considérée comme prioritaire par rapport à l’hypothèque.

Article 42 Le gestionnaire doit organiser la convocation d’une assemblée générale qui sera réputée être la première assemblée générale ordinaire dans les six mois à compter de la date d’enregistrement de la société en copropriété afin que l’assemblée puisse nommer le conseil et examiner pour approbation le Les statuts et le gérant ayant été enregistrés conformément à la demande d’enregistrement de la société en copropriété qui a déjà été soumise.

Dans le cas où l’assemblée générale ordinaire ne donne pas l’approbation du règlement ou du gérant en vertu du premier paragraphe, l’assemblée générale ordinaire examinera la modification ou la modification de ces statuts ou gérant ou leur suppression, puis nommera également un gérant.

Section 42/1 Le Conseil d’Administration organise la convocation de l’Assemblée Générale Ordinaire une fois par an dans les cent vingt jours à compter de la date de clôture de l’exercice comptable de la société en copropriété pour entreprendre les activités suivantes:

(1) Considérant pour approbation le bilan,

(2) Considérant le rapport annuel,

(3) Nommant un vérificateur,

(4) Considérant d’autres questions.

Section 42/2 En cas de nécessité, les personnes suivantes ont le droit de convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire chaque fois que nécessaire:

(1) Le Gérant,

(2) Le Comité par sa résolution excédant la moitié du Conseil d’Administration,

(3) Les copropriétaires d’au moins vingt pour cent (20%) du total des voix des copropriétaires signant pour faire une lettre demandant que l’assemblée soit convoquée pour soumission au conseil. Dans ce cas, le Conseil d’administration fera en sorte que l’assemblée soit convoquée dans les quinze jours à compter de la date de réception de cette demande. Si le Conseil d’administration ne convoque pas l’Assemblée dans le délai prescrit, Les copropriétaires du numéro susmentionné auront le droit de faire convoquer cette Assemblée Générale Extraordinaire par eux-mêmes en désignant une personne parmi eux pour être leur représentant en émettant des lettres de convocation pour assister à la réunion.

Chapitre 42/3Lors de la convocation à l’Assemblée générale, des lettres écrites indiquant le lieu, la date, l’heure et l’ordre du jour de l’Assemblée ainsi que les questions à présenter à l’Assemblée ainsi que des détails raisonnables doivent être faites et transmises aux copropriétaires au moins sept jours avant la date de l’Assemblée. .

Article 43 Lors d’une assemblée générale, il doit y avoir les participants à l’assemblée avec les voix collectives d’au moins un quart du nombre total des voix pour constituer un quorum.

Dans le cas où les copropriétaires présents à l’assemblée ne constituent pas le quorum tel que spécifié au premier alinéa, une nouvelle assemblée sera convoquée dans les quinze jours à compter du jour de convocation dans l’heure précédente; cette dernière assemblée générale n’a aucune obligation de constituer le quorum.

Il est interdit au gérant ou au conjoint du gérant de présider l’assemblée générale.

Article 44 La résolution de l’assemblée générale est prise à la majorité des voix des copropriétaires participant à l’assemblée, à moins que la présente loi n’en ait prévu autrement.

Article 45 Lors du vote, chaque copropriétaire dispose des voix selon la proportion de sa propriété dans la propriété commune.

Si un copropriétaire détient plus de la moitié des voix du total des voix, le nombre de voix est réduit pour rester équivalent au total des voix de tous les autres copropriétaires.

Chapitre 46Dès qu’il y aura un règlement prévoyant que certains copropriétaires devront notamment payer les dépenses, seuls ces copropriétaires auront le droit de voter dans les résolutions concernant lesdites dépenses avec le nombre de voix de chaque copropriétaire selon le ration prescrite dans le règlement prescrit en vertu de l’article 18, premier paragraphe.

Article 47 Un copropriétaire peut donner une procuration écrite à l’autre personne en exprimant le vote en son nom, cependant, un mandataire ne sera pas autorisé à recevoir une telle procuration écrite pour voter à une assemblée de plus de trois unités.

Il est interdit aux personnes suivantes de recevoir une procuration pour voter au nom d’un copropriétaire:

Les membres du conseil et leurs conjoints,

Le gérant et son conjoint,

Le personnel ou les employés de la société condominiale ou les entrepreneurs de la société condominiale,

Le personnel ou les employés du gestionnaire dans le cas où le gestionnaire est une entreprise.

 

Article 48 Une résolution sur les questions suivantes doit recueillir les voix d’au moins la moitié du total des voix des copropriétaires:

Un achat de bien immobilier ou une acceptation comme don d’un bien immobilier, la charge grevée étant la propriété commune,

Une disposition de propriété commune étant le bien immobilier,

Une permission accordée à un copropriétaire de construire, décorer, faire un changement, une modification ou un agrandissement à son propre logement à ses propres frais, ce qui nuit à la propriété commune ou aux caractéristiques extérieures du condominium,

Une modification ou une modification des statuts relative à l’utilisation ou à la gestion de la propriété commune,

Une modification ou une modification du ratio des dépenses communes dans les statuts définis à l’article 32 (8),

Une construction réputée être un changement, un ajout ou une modification de la propriété commune,

Un arrangement pour l’exploitation de la propriété commune.

 

Dans le cas où les copropriétaires participant à une réunion ne constituent pas le nombre indiqué au paragraphe un, une nouvelle réunion doit être convoquée dans les quinze jours à compter de la date de convocation de la réunion précédente et qu’une résolution relative à la question prévue au paragraphe un dans cette nouvelle assemblée doit recueillir les voix d’au moins un tiers du total des voix des copropriétaires.

Article 49 Une résolution relative aux questions suivantes reçoit les voix d’au moins un quart du total des voix des copropriétaires:

(1) Nomination ou révocation du gérant,

(2) Stipulation sur les affaires que le gérant a le pouvoir de confier à l’autre personne pour qu’elle exerce en son nom.

Article 50 En cas de dommage total de la copropriété ou d’une partie de la copropriété mais plus de la moitié du nombre total des appartements, si les copropriétaires adoptent la résolution par un vote en vertu de l’article 48 de construire ou de réparer la partie de le bâtiment endommagé, la copropriété juridique doit construire ou réparer la partie du bâtiment qui est endommagée pour la remettre en bon état.

Si la copropriété est endommagée en partie mais moins de la moitié du nombre total des appartements, si la majorité des copropriétaires des appartements endommagés adoptent la résolution de construire ou de réparer lesdits dommages, la copropriété juridique construira ou réparera lesdits dommages pour le remettre en bon état.

Les frais de construction ou de réparation du bâtiment endommagé qui est la propriété commune, chaque copropriétaire de la copropriété doit payer conjointement selon le rapport que chaque copropriétaire possède dans la propriété commune. En ce qui concerne les frais de construction ou de réparation de la partie qui est un bien personnel, ils sont à la charge du propriétaire dudit appartement endommagé.

L’appartement nouvellement construit en vertu du premier alinéa ou du deuxième alinéa est considéré comme un remplacement de l’appartement d’origine et le titre de propriété original de l’appartement est considéré comme le titre de propriété de l’appartement nouvellement construit. Si les détails du titre de propriété original de l’appartement ne correspondent pas à ceux de l’appartement nouvellement construit, le fonctionnaire compétent aura le pouvoir d’y apporter des corrections.

S’il parvient à une résolution de ne pas construire ou réparer la partie endommagée du bâtiment en vertu du paragraphe ou du deuxième alinéa, l’article 34 s’applique mutatis mutandis .

Si le propriétaire de l’appartement à ne pas construire ou réparer de la partie endommagée ayant reçu l’indemnité du prix de la propriété commune des copropriétaires, le titre de propriété de l’appartement dudit appartement est révoqué et le propriétaire le restitue à le fonctionnaire compétent dans les trente jours à compter de la date de réception de l’indemnité du prix de la propriété commune pour la remarque de révocation dans le titre de propriété de l’appartement à la fois la copie du propriétaire de l’appartement et la copie conservée au bureau du compétent Le fonctionnaire et le fonctionnaire compétent publieront la révocation du titre de propriété dudit appartement au Journal officiel.

CHAPITRE VI

Révocation de copropriété

L’article 51 La copropriété déjà enregistrée peut être révoquée pour l’une des raisons suivantes

(1) Dans le cas où l’enregistrement de la copropriété juridique n’a pas encore été faite, le demandeur de l’enregistrement de la copropriété ou le cessionnaire de la propriété de tous les appartements de la copropriété , quel que soit le cas, demande de révocation de copropriété.

(2) Les copropriétaires adoptent à l’unanimité la résolution de révocation de la copropriété.

(3) La totalité de la copropriété est endommagée et les copropriétaires adoptent la résolution de ne pas reconstruire cet immeuble.

(4) L’ensemble de la copropriété a été exproprié en vertu de la loi régissant l’expropriation de biens immobiliers.

L’article 52 en cas de révocation de la copropriété en raison du motif prévu à l’article 51 (1), le demandeur de révocation doit déposer la demande de révocation de la copropriété dans la forme prescrite par le ministre au fonctionnaire compétent.

Une fois que le fonctionnaire compétent l’aura considérée en bon état, le fonctionnaire compétent enregistrera la révocation de la copropriété et publiera l’enregistrement de la révocation de ladite copropriété au Journal officiel.

Une fois que l’enregistrement de la révocation de la copropriété en vertu du présent article a été exécuté, les dispositions de l’article 54 et de l’article 55 s’appliquent mutatis mutandis.

Article 53 Dans le cas où la copropriété a été révoquée en raison du motif prévu à l’article 51 (2) ou (3), le gérant de la copropriété juridique doit déposer la demande d’enregistrement de la révocation de la copropriété selon la formule prescrite par le ministre au fonctionnaire compétent avec le titre de propriété de l’appartement et une copie du procès-verbal de l’assemblée des copropriétaires avec résolution de révoquer ledit condominium ou la résolution de ne pas reconstruire ledit condominium et le gérant de la copropriété juridique signera la copie conforme , quel que soit le cas, dans un délai de trente jours à compter du jour où l’assemblée des copropriétaires adopte ladite résolution.

Dès que le fonctionnaire compétent estime qu’il est en bon état, l’enregistrement de la révocation de la copropriété sera accepté et l’enregistrement de la révocation de ladite copropriété sera publié au Journal officiel.

Section 54 Une fois que l’enregistrement de la révocation de la copropriété en vertu de l’article 52 ou de l’article 53 a été complété, le titre de propriété de l’appartement dudit condominium sera révoqué et le fonctionnaire compétent fera une remarque de la révocation dans la copie du propriétaire de l’appartement et la copie conservés au bureau du fonctionnaire compétent.

Le fonctionnaire compétent a le pouvoir d’émettre un avis écrit pour la restitution de la copie du propriétaire de l’appartement révoqué au propriétaire ou à la personne en possession pour l’exécution en vertu du premier alinéa et au propriétaire de l’appartement ou à la personne en possession doit envoyer le titre de propriété de l’appartement au fonctionnaire compétent dans les trente jours à compter de la date de réception de l’avis écrit.

Chapitre 55Le fonctionnaire compétent doit envoyer la copie du titre de propriété de la copropriété de l’appartement révoqué conservé au bureau du fonctionnaire compétent avec la remarque de révocation en vertu de l’article 54, ainsi que la copie de la demande d’enregistrement de la révocation de la copropriété au terrain Le fonctionnaire compétent doit inscrire dans l’index d’enregistrement du titre de propriété original les noms des copropriétaires tels qu’ils figurent dans la demande d’enregistrement de la révocation de la copropriété en tant que propriété collective à la ration que chaque copropriétaire est propriétaire la propriété commune ainsi que les détails de l’obligation tels que figurant dans ledit titre de propriété de l’appartement.

Lorsque le fonctionnaire compétent foncier a dûment fait l’inscription dans le titre foncier en vertu du premier alinéa, ces terres ne seront plus soumises aux dispositions de la présente loi et le fonctionnaire compétent foncier remettra ledit titre foncier au propriétaire.

* Un étranger ou une personne morale tel que spécifié à l’article 19 dont le nom apparaît comme propriétaire sur le titre foncier, à la suite de l’enregistrement de la dissolution de la copropriété en vertu du premier alinéa, doit disposer de sa partie de terrain dans un délai ne dépassant pas un année à compter de la date d’enregistrement de la dissolution de la copropriété. Si la disposition n’est pas faite dans ce délai, les dispositions du quatrième alinéa de l’article 19 quinque s’appliquent mutatis mutandis .

Chapitre 56En cas de révocation de la copropriété en raison de la raison visée à l’article 51 (4), le titre de propriété de l’appartement sera révoqué et le fonctionnaire compétent enregistrera la révocation de la copropriété et publiera l’enregistrement de la révocation de ladite copropriété au Journal officiel. .

Dans le cas du premier alinéa, l’inscription à l’index d’enregistrement du titre de propriété de l’appartement et du titre de propriété original est exécutée conformément aux règlements ministériels.

Article 57 Lorsqu’il y a enregistrement de la révocation de la copropriété, la copropriété juridique doit être dissoute et l’assemblée des copropriétaires doit nommer un liquidateur dans les quatorze jours à compter de la date d’enregistrement de la dissolution de la copropriété.

Chapitre 58Le liquidateur a le pouvoir de disposer des biens communs qui sont des biens meubles à moins que l’assemblée des copropriétaires n’adopte une résolution contraire.

Article 59 Les dispositions du Code civil et commercial, Titre XXII , Sociétés et sociétés, Chapitre V , Liquidation des sociétés enregistrées, des sociétés en commandite et des sociétés anonymes, s’appliqueront à la liquidation des condominiums juridiques mutatis mutandis .

Article 60 À la fin de la liquidation, s’il y a encore des biens immobiliers, ceux-ci seront partagés entre les copropriétaires selon le rapport que chaque copropriétaire détient dans la propriété commune.

CHAPITRE VI-1

Section 60/1 Dans l’exécution conformément à la présente loi, le fonctionnaire compétent a le pouvoir suivant:

1) Transmettre une lettre à toute personne invitant cette personne à faire une déclaration, à expliquer les faits ou à faire une explication écrite ou soumettre des documents, des comptes, des registres ou toute preuve à l’appui d’une considération ou d’un contrôle de la performance conformément à la présente loi.

(2) Pénétrer dans le terrain et le bâtiment dont l’inscription est demandée comme condominium ou le terrain, le bâtiment ou les locaux étant la propriété commune de la copropriété afin d’enquêter sur les faits, de vérifier les documents ou preuves à l’appui de la considération ou de vérifier la performance dans respect de cette loi.

(3) Joindre des documents, des comptes, des registres ou des preuves aux fins de vérifications et poursuivre le dossier en vertu de la présente loi.

Dans l’exercice de ses fonctions conformément au paragraphe 2, le fonctionnaire compétent ne doit pas agir de manière à menacer ou fouiller conformément au Code de procédure pénale.

Dans l’exercice de leurs fonctions en vertu du paragraphe un par le fonctionnaire compétent, la ou les personnes liées doivent fournir des facilités raisonnables à ce fonctionnaire compétent.

Section 60/2 Dans l’exercice de ses fonctions, le fonctionnaire compétent doit présenter sa carte d’identité aux personnes liées.

La carte d’identité du fonctionnaire compétent doit être conforme au formulaire établi par le ministre.

Section 60/3 Dans l’exercice de leurs fonctions conformément à la présente loi, les fonctionnaires compétents sont le fonctionnaire conformément au Code pénal.

CHAPITRE VII

Honoraires et dépenses

L’article 61 La demande et l’enregistrement d’un condominium ou d’un condominium juridique, la demande et l’enregistrement pour la révocation d’un condominium, la modification du règlement, la délivrance d’un titre de propriété d’appartement ou le remplacement d’un titre de propriété d’appartement, la demande et l’enregistrement et l’enregistrement de droits et actes juridiques ou autres entreprises en rapport avec l’appartement, le demandeur doit payer les frais et dépenses prescrits dans le règlement ministériel.

Article 62 Les dispositions du code foncier du chapitre 11 – Redevances s’appliquent aux prélèvements de redevances en vertu de la présente loi mutatis mutandis.

Chapitre VIII

Peine

Section 63 Une personne ayant une propriété sur le terrain et le bâtiment conformément à la section 6, quiconque enfreint le paragraphe un de la section 6/1 ou le paragraphe un de la section 6/2 sera passible d’une amende ne dépassant pas cent mille bahts.

Section 64 Quiconque enfreint le paragraphe deux de la section 6/1 sera passible d’une amende allant de cinquante mille bahts à cent mille bahts.

Section 65 Quiconque enfreint l’article 17/1 sera passible d’une amende ne dépassant pas cinquante mille bahts et d’une amende supplémentaire ne dépassant pas cinq mille bahts par jour pendant toute la durée de cette violation.

Article 66 Un étranger ou une société réputée par la loi être un étranger quiconque omet de notifier à un fonctionnaire compétent le mémoire prévu au paragraphe deux de l’article 19 penta, article 19 septem, article 19 octo, article 19 novem, article 19 decem et article 19 linquere dans le délai prescrit, sera passible d’une amende ne dépassant pas dix mille bahts et d’une amende supplémentaire ne dépassant pas cinq cents bahts par jour pendant toute la durée de cette violation.

Article 67 Quiconque détient une propriété dans une unité en qualité de propriétaire pour le compte d’un étranger ou d’une société réputée par la loi être un étranger nonobstant le fait que cet étranger ou cette société ait ou non le droit de détenir une propriété dans une unité en vertu cette loi, sera passible d’une peine d’emprisonnement ne dépassant pas deux ans ou d’une amende ne dépassant pas vingt mille bahts ou les deux et que les dispositions du paragraphe 4 de l’article 19 penta s’appliqueront mutatis mutandis .

Article 68 Quiconque ne se conforme pas au paragraphe trois de l’article 29 et à l’article 36 (5) sera passible d’une amende ne dépassant pas cinquante mille bahts et d’une amende supplémentaire ne dépassant pas cinq cents bahts par jour pendant toute la période de non-conformité.

Section 69 Tout gestionnaire viole ou ne respecte pas l’article 32, deuxième alinéa, l’ article 35/2, article 37, cinquième alinéa et de l’ article 42 premier alinéa, la peine encourue est une amende de plus de cinq mille bahts.) L’

article 70 Le Le président du conseil d’administration, quiconque ne se conforme pas aux sections 37/5 et 38 (3) sera passible d’une amende ne dépassant pas cinq mille bahts.

Section 71 Toute société de copropriété qui enfreint ou ne se conforme pas aux sections 38/1, 38/2 et 38/3 sera passible d’une amende ne dépassant pas dix mille bahts.

Dans le cas où une société condominiale commet une infraction au paragraphe un, le gestionnaire respectif sera également passible de la peine prévue au paragraphe un, sauf s’il peut être prouvé autrement qu’il ne participe pas à la commission de cette infraction.

Article 72 Un copropriétaire quiconque entreprend une construction, une décoration, une modification, un changement ou un ajout à son unité en violation de l’article 48 (3) sera passible d’une amende ne dépassant pas cent mille bahts.

Article 73 Quiconque ne se conforme pas à un ordre, fait obstruction ou ne facilite pas la tâche d’un fonctionnaire compétent exerçant ses fonctions en vertu de l’article 60/1 sera passible d’une peine d’emprisonnement ne dépassant pas trois mois ou d’une amende ne dépassant pas six mille bahts ou les deux. .

Contresigné:

S. Hotrakitya

Vice-Premier ministre


 


Laisser un commentaire