Investir en Thaïlande, voilà sans doute une des meilleures options pour vivre durablement et légalement au pays du sourire. D’autant plus que les opportunités sont nombreuses et les avantages très intéressants.


Sommaire

La vidéo
Investir en Thaïlande : Introduction
Vivre en Thaïlande : Les options
Trois options pour créer son business
Les avantages à recevoir l’agrément du BOI ?
Je crée ma société en Thaïlande
Les démarches auprès du BOI

Investir en Thaïlande, je crée ma société : La video


Investir en Thaïlande : Introduction

Bonjour à tous, enfin une nouvelle vidéo. Cette fois-ci elle sera un peu différente des autres car je vais parler d’une situation personnelle qui devrait intéresser bon nombre de candidats à l’expatriation. En fait cette vidéo va surtout s’adresser aux personnes qui désirent s’expatrier durablement et investir en Thaïlande de manière légale.


Vivre en Thaïlande : Les options

Si on schématise un peu les options d’installations dans le Royaume du Siam, on se retrouve avec trois options :

1 – Le visa retraite, le visa mariage ou encore le visa élite :

Vous êtes à l’aise financièrement. Vous avez des rentes mensuelles assez conséquentes ou un beau pactole de côté. Dans ce cas vous pouvez opter pour le visa retraité, si vous avez l’âge requis par les autorités. Ou bien faire une demande pour un « visa élite » qui vous permettra de rester durant 20 ans par tranches de 5 années. Le prix moyen pour une personne seule est de 500,000 bahts par tranche de 5 ans et vous obtiendrez l’équivalant d’un visa touristique longue durée ne vous donnant pas accès au permis de travail.

2 – Décrocher un travail :

Vous êtes super qualifié dans des domaines pointus recherchés en Thaïlande et dans ce cas vous pouvez voir dans les liens de la description si il existe un poste dédié à vos qualifications. Mais bon, ne rêvons pas, les places sont rares.

3 – Investir en Thaïlande et monter son business :

Vous avez quelques économies et vous désirez investir et vous investir en Thaïlande. Mais dans ce cas vous allez faire face à deux écueils qui en font reculer plus d’un, et ce à juste titre. Nous allons découvrir ces deux écueils un peu plus loin.

Pour ma part, je ne suis ni retraité, ou riche rentier. Je n’ai pas de diplôme très qualifié qui pourrait intéressé les chasseurs de têtes. Je vais donc me tourner vers l’option de la création d’une société. Bon ce n’est pas ma première expérience dans ce domaine mais cette fois je vais suivre un parcours de création un peu différent afin d’éviter les deux contraintes majeures que nous retrouvons dans la création classique de société.

Donc nous voilà au début de notre aventure. Vous avez quelques économies et le désir d’investir en Thaïlande et de créer une activité sous des latitudes plus clémentes, tant au niveau du climat qu’au niveau fiscal.

Alors, contrairement à ce que beaucoup de personnes imaginent, pour la création d’une société en Thaïlande, vous avez trois options possibles, chacune d’entre elles ayant ses caractéristiques et ses avantages.


Trois options pour créer son business

1 – Création d’une société classique :

La création d’uns société classique, que ce soit une partnership, une limited company ou autres, ne pose pas de réel problème. C’est en effet relativement simple, il suffit de suivre les informations du DBD dont vous trouverez le lien dans la description.
Néanmoins cette simplicité cache deux contraintes qui rebutent plus d’une personne désirant investir en Thaïlande. Ces deux contraintes principales sont :

– l’obligation d’avoir des associés thaïs qui seront majoritaires.
– la nécessité d’avoir un permis de travail et dans ce cas vous devez impérativement avoir quatre salariés thaïs travaillant à temps plein par permis de travail demandé. La capital social de votre société doit également être de 2 millions de bahts par permis de travail.

Bon, pour les associés thaïs il y a toujours moyens de se protéger, j’explique cela dans une vidéo dont vous trouverez le lien dans la description. ( https://www.youtube.com/watch?v=oeoAsLfynEA&t=32s )

Pour les employés thaïs c’est un peu plus compliqué, surtout qu’il y a de plus en plus de contrôles effectués directement sur le lieu de travail.
Donc, un conseil, évitez les « astuces » proposées par certains professionnels ou autres avocats qui vont vous proposer des hommes de paille comme associés et des travailleurs fictifs comme salariés. Ils pourront même vous trouvez un comptable qui fraudera votre comptabilité et vos rapports financiers annuels.
Autant vous dire qu’en cas de contrôle vous serez le seul responsable et que cela risque de vous coûter très cher, tant en amende qu’en terme de découverte des geôles siamoises. Vous pourrez bien sûr dire adieu à votre visa et votre droit de séjourner en Thaïlande. C’est une sanction qui peut être très dure à vivre, surtout pour ceux qui ont fondé une famille avec une femme du pays. Croyez moi que ce n’est pas le fait d’avoir des enfants thaïs reconnus qui empêchera les autorités de vous expulser et vous blacklister du pays.

2 – Montez sa société avec une « foreigner licence » :

Cette licence coute un peu plus de 100,000 bahts, elle est valable aussi longtemps qu’existe votre société mais elle n’est pas accessible pour toutes les activités. Je ferai un article plus complet à ce sujet par la suite.
Le seul avantage de cette licence c’est que vous ne devez pas avoir d’associés thaïs majoritaires. Par contre la contrainte des quatre salariés à temps plein par permis de travail est toujours bien présente.

3 – Passer par le BOI ( Board Of Investment ) :

Le BOI est un organisme gouvernemental qui dépend directement du cabinet du Premier Ministre et qui existe depuis plus de cinquante ans. Faites fi des rumeurs qui courent sur le fait que l’accès au BOI est uniquement réservé aux gros investisseurs, c’est totalement faux. Par exemple, pour monter une société classique et obtenir un permis de travail, votre capital social doit être au minimum de 2 millions de bahts.
Or pour le BOI, nombre de projets sont acceptés à partir de 1 million de bahts. Attention, on parle bien de capital social, rien à voir avec de l’argent à bloquer ou même à prouver immédiatement, je vous expliquerai cela un peu plus loin.


Les avantages à recevoir l’agrément du BOI ?

Et bien, selon l’activité de votre société, vous avez droit à tout ou partie des avantages fiscaux et non fiscaux offerts par le Board of Investment et en découvrant ces avantages vous comprendrez très vite pourquoi nombre de grosses entreprises étrangères choisissent d’investir en Thaïlande :

D’abord, les options minimum que vous êtes certains de recevoir quel que soit votre projet :
– Vous pouvez être propriétaire à 100% de votre société sans aucun associé thaï.
– Vous avez droit à un visa business et un permis de travail par période allant de 1 à 4 ans selon les cas.
– Vous n’avez aucune contrainte d’avoir des employés thaïs pour chaque permis de travail obtenu.
– Contrairement aux sociétés classiques vous n’êtes pas limité à 10 permis de travail par société.
– Vous pouvez être propriétaire de votre terrain.

A cela s’ajoutent des avantages auxquels vous aurez ou pas accès selon votre secteur d’activité. Citons quelques exemples :
– Exonération totale d’impôts sur la société pouvant aller jusqu’à 13 ans.
– 50% d’exonération d’impôts sur les sociétés durant 5 années supplémentaires selon la localisation.
– Exonération des taxes d’importation sur les machines outils et les matières premières.
– 50% de remise sur les consommation d’eau et d’électricité.


Je crée ma société en Thaïlande

Comme je vous l’ai dit, je vais pendre mon cas personnel comme fil conducteur.
D’abord bien sûr dans cette vidéo qui dégrossit un peu le paysage de la création d’entreprise en Thaïlande. Mais par la suite, je ferai une nouvelle vidéo qui va reprendre en concret toutes les étapes de ma création de société en Thaïlande. Et ce n’est pas n’importe quel parcours puisque je vais tenter d’investir en Thaïlande par le biais du BOI.

Première étape, vérifier si mon activité peut recevoir l’agrément du BOI.
Pour cela vous pouvez vous référer au site gouvernemental du BOI ( https://www.boi.go.th/index.php?page=index ) mais bon, il faut déjà pouvoir s’y retrouver et ensuite, il y a régulièrement des nouvelles opportunités qui ne sont pas spécialement inscrites sur le site officiel du BOI Thaïlande.

Bon, je dois vous l’avouer, j’ai un très gros avantage par rapport à tous ceux qui veulent investir en Thaïlande. En effet, n’imaginez pas que les démarches auprès du BOI sont simples et rapides. Vous devrez impérativement passer par un professionnel pour mener à bien les nombreuses démarches administratives. Mon avantage : mon épouse à sa propre société de consultante pour les sociétés agréées ou voulant être agréées par le BOI… ( https://boithai.com )

Bien sûr si vous êtes comme saint Thomas vous pouvez bien sûr tenter l’aventure par vous même, vous constaterez vite que mes conseils sont loin d’être inappropriés. Quand vous aurez buté sur les parois de l’administration siamoise vous pourrez alors partir en quête de professionnels, que ce soit des avocats ou des consultants.

Allez, je vous livre une petite information : il n’y a pas d’études spécifiques pour le BOI, pas de cursus dédié, c’est une filière que l’on apprend sur le tas, via des séminaires et des mises à jour régulières, que ce soit au niveau du BOI, du DBD, de l’immigration, du Ministère des finances, des douanes, des affaires étrangères,…

Vous trouverez nombre de cabinets d’avocats qui proposent leurs services pour le BOI mais sachez que plusieurs d’entre eux sous traitent ensuite les prestations auprès de services tiers. La société de mon épouse reçoit régulièrement des demandes en ce sens.
– Alors mon premier conseil serait de vous dire de comparer plusieurs prestataires. Premièrement au niveau du prix.
– Ensuite, normalement le premier rendez vous ou contact doit être gratuit. C’est à ce moment là que vous exposerez votre projet et que le professionnel vous dira s’il est éligible ou pas auprès du BOI.
– Fuyez les sociétés qui ne peuvent vous donner une réponse concrète, qui ne peut vous garantir le succès des démarches. Par exemple certaines sociétés vous demanderont un acompte pour la création et le dépôt du dossier. Vous ne payerez le solde que si le projet est approuvé. Le problème est que ces sociétés savent à l’avance que votre projet est inéligible ou bien ils ne sont pas capables de faire des dossiers complets et d’assurer leurs suivis. Dans les deux cas vous aurez perdu votre acompte et votre temps. Pire, vous renoncerez peut être à un projet qui aurait pu être éligible s’il avait été présenté par de véritables professionnels.

Bref, lors du premier rendez vous, ou peu de temps après, le professionnel doit pouvoir vous confirmer que votre projet est éligible et vous garantir la réussite des démarches de celui-ci, quitte à rembourser les sommes perçues en cas d’échec du fait de sa responsabilité.


Les démarches auprès du BOI

Ne vous faites pas d’illusions, ces démarches sont souvent longues, au minimum 6 à 8 mois. En fait ce qui dure le plus longtemps ce n’est pas l’acceptation mais le passage de votre dossier auprès de diverses commissions pour signature.

Maintenant il est clair que nombre de candidats n’ont pas envie d’attendre près d’un an avant de pouvoir commencer à travailler. Mais pas d’inquiétude, vous pourrez débuter légalement bien avant cela. Prenons mon exemple :

1 – réalisation du dossier pour le BOI :

Cela peut prendre quelques jours en fonction des éléments à disposition et de la préparation d’un « business plan » cohérent avec les exigences du BOI. Pour ma part, je prépare une activité dans le domaine du marketing digital. Pour cette activité je ne bénéficierai pas des avantages fiscaux du BOI mais je serai propriétaire de ma société sans associés thaï, j’aurai un visa et un permis de travail sans obligation d’avoir d’employés thaïlandais, je pourrai transférer mon argent sans problème vers un compte étranger si je le désire et bien sûr, je peux acheter un terrain au nom de ma société dont je suis le principal actionnaire.
Pour les actionnaires il faut être trois personnes mais seul l’actionnaire principal, celui qui a accès au compte professionnel, doit résider en Thaïlande. J’aurai donc 98% de ma société, deux membres de ma famille en Belgique se partageant les 2% restants. Plus tard je pourrai bien sûr remplacer ces deux partenaires par mes fils et augmenter leurs parts dans ma société, voire même leur céder.

Pendant la préparation du dossier j’en profite pour enregistrer ma société auprès du DBD. ( Department Business Development : https://www.dbd.go.th/dbdweb_en/ )

2 – le dépôt du dossier auprès du BOI :

Ce dossier va être suivi par un des officiers du département dont vous dépendez. ( e-commerce et activités numériques en ce qui me concerne ). Il va l’éplucher, éventuellement demander des informations complémentaires, l’analyser, le comprendre, et ce afin de le présenter et le défendre auprès du responsable du département. Mon épouse traduit systématiquement tous ses dossiers en thaï afin que ces derniers soient plus accessibles et compréhensibles pour les officiers du BOI. Il est toujours plus agréable et facile d’assimiler beaucoup d’informations quand cela est fait dans sa langue maternelle.
Une fois que l’officier estimera avoir tous les éléments nécessaires en main et une bonne connaissance du projet, il le présentera et le défendra auprès du directeur de département. Ce dernier approuve généralement le dossier dans la foulée, il peut à la rigueur demander à rectifier un chiffre ou une virgule.
Entre le dépôt du dossier et l’aval du directeur du département cela prend au maximum deux mois. A cette étape on peut dire que votre projet est approuvé par le BOI, reste néanmoins le long parcours des signatures. Les dossiers sont signés lors de réunions qui ont lieu une fois par semaine. Il y a des centaines de dossiers, émanant de tous les départements du BOI, à valider. Là il faut être patient… mais pas d’inquiétude comme je vous l’explique ci dessous.

3 – Commencer à travailler en attendant la validation finale :

En effet, votre dossier ayant passé la première étape cruciale on peut dire que vous avez déjà un agrément de principe. Le BOI peut donc vous fournir des attestations temporaires. Une fois ces attestations en main vous pouvez faire les démarches afin d’obtenir un visa business et un permis de travail temporaires. Ce visa et ce permis de travail auront une durée de validité de six mois. Cela devrait le temps au BOI de finaliser et signer vos documents officiels. Au pire, ce visa et permis de travail sont renouvelables pour six mois.

Avec votre visa et permis de travail temporaire vous pourrez ouvrir le compte professionnel de votre société. Vous pourrez également louer des locaux professionnels si nécessaire et commencer dès lors à travailler.

4 – Vous recevez enfin le livret bleu du BOI :

Mais pour le recevoir il va falloir montrer une partie de votre capital social. Prenons l’exemple d’une société avec un capital social de 1 million de bahts. Pour recevoir votre livret bleu vous devez présenter un document de la banque certifiant que vous disposiez bien de 25% de ce capital sur votre compte professionnel au moment de la signature du document, soit 250,000 bahts dans notre exemple. Bref vous l’aurez compris, il vous suffit de faire transiter 25% de votre capital social, sur votre compte professionnel, juste le temps que votre banquier fasse votre lettre officielle destinée au BOI Thaïlande.
Vous présentez le document bancaire, vous recevez votre livret bleu du BOI, vous pouvez dès lors modifier votre visa et permis de travail temporaires en visa business et permis de travail de 1, 2, 3 ou 4 ans selon l’activité de votre société.
Dans le cas de ma société de marketing digital je vais devoir renouveler mon visa et permis de travail tous les ans.

Voilà un descriptif sommaire de toutes les étapes de création d’une entreprise via le BOI pour tous ceux qui voudraient investir en Thaïlande sans être tributaire d’associés thaïlandais majoritaires et de l’obligation d’avoir quatre employs thaïs par permis de travail.

Investir en Thaïlande, je crée ma société

Cet article a 4 commentaires

  1. Je suis un simple retraité basé à Chiang Mai depuis 12 ans. Je ne suis pas concerné par vos vidéos puisque j’ai « organisé » ma vie ici depuis longtemps mais je les trouve passionnantes et les suis régulièrement. J’admire la qualité de votre travail ainsi que le style de vos présentations. Je souhaite bon succès à votre nouvelle société

    1. Un énorme merci pour ce commentaire désintéressé, ce qui me touche d’autant plus. Heureux que vous ayez trouvé votre équilibre au pays du sourire, je vous souhaite une longue et heureuse retraite.

  2. Bonjour,
    Tres très intéressant, je suis entrain de regarder dans un premier temps le moyen de travailler en Asie et plus particulièrement en Thaïlande.
    Notre domaine avec mon épouse est le tourisme, nous travaillons depuis 15ans dans les camping et depuis 3 ans nous gérons un camping.
    Cette activité ne peut pas être apparemment pas admise par le BOI ? êtes vous d’accord ?
    si non nous sommes donc soumis au règle classique des associés thaï et employé thaï etc ?
    Dans le meilleur des cas j’aurais souhaitez, dans quelques années, investir pour une création type camping (bungalows etc) avez vous un avis et une région a conseillé( nous avons visité chiang mai, koh lanta et bkk cet hiver)
    ou alors est ce possible de trouver une gérance dans un ’établissement?
    merci d’avance et merci aussi pour le partage.

    1. Bonjour Yannick, actuellement nombre d’activités touristiques n’entrent pas dans le cadre du BOI mais il se pourrait qu’il y ait des exceptions selon les zones d’investissement.
      Le concept des camping existe déjà et se pratique généralement au sein des parcs nationaux où l’on peut louer tant une tente qu’un bungalow.
      Vous avez raison de chercher une bonne localisation car, comme je l’ai dit dans un autre article, ce n’est pas la location qui rapporte de l’argent mais plutôt les activités annexes que vous pourriez proposer.
      Si un jour vous avez l’occasion, visitez la région de Loei, il y a du potentiel mais la province est tellement vaste et les activités réparties sur l’ensemble de la province, que l’investissement pour un véhicule me semble incontournable.

Laisser un commentaire

Fermer le menu