Les dix revendications étudiantes qui ont secoué la Thaïlande


Auteurs : HATHAIRAT PHAHOLTAP ET DAVID STRECKFUSS – 02 SEPT. 2020

Le 10 Août 2020 sera une date clé dans la transition de la Thaïlande vers la démocratie ou vers autre coup d’ Etat menée par un militaire s’engageant pour la défense de la monarchie.

À cette date, un représentant d’un groupe d’étudiants lors d’une manifestation organisée à l’Université Thammasat a publiquement formulé un ensemble unique de revendications étudiantes :
– dépouiller le monarque de l’immunité juridique,
– révoquer la loi de lèse-majesté et pardonner à tous ceux qui sont emprisonnés pour le crime,
– définir clairement quels actifs sont détenus en privé par le roi,
– réduire l’argent des impôts soutenant l’institution,
– abolir toutes les fonctions royales,
– ouvrir tout l’argent donné aux organismes de bienfaisance royaux au contrôle public,
– interdire au monarque d’exprimer des opinions politiques,
– couper toute propagande royaliste,
– enquêter sur les disparitions et les meurtres des critiques de la monarchie
– proscrire le consentement royal aux coups d’État.

Dans les pays démocratiques qui ont des monarchies, la plupart de ces revendications étudiantes peuvent sembler normales. Mais en Thaïlande, ce fut un événement singulier compte tenu de la loi draconienne de lèse-majesté. Dans le même temps, les revendications disaient à haute voix ce que de nombreux Thaïlandais pensent en privé depuis longtemps.

C’était un ensemble étonnant de revendications étudiantes à faire publiquement, parlant du courage du groupe d’étudiants derrière l’effort. Mais l’apparition de protestations étudiantes exigeant des réformes profondes de la monarchie était le résultat d’un long processus, de plus de dix ans, en cours d’élaboration.


Revendications étudiantes : L’engagement «J-Park»

La création de l’annonce en 10 points des revendications étudiantes a commencé lors d’une nuit calme à la mi-juillet de cette année, lorsqu’un groupe d’étudiants TU – Parit «Penguin» Chiwarak (21 ans), Panusaya Sithijirawattanakul (22 ans), Natchanon Pairot (21 ans) et un étudiant qui a demandé l’anonymat – a tenu une réunion dans un dortoir appelé «J-Park» près du campus Rangsit de Thammasat.

À l’époque, les étudiants de tout le pays montaient des manifestations pour réclamer trois choses: la dissolution du parlement, la fin du harcèlement des critiques du gouvernement et une constitution plus démocratique. En juin et début juillet, une série de facteurs précipitants ont poussé les dirigeants des manifestations étudiantes sur une voie plus conflictuelle.

Début juin, Anon Nampa, de Thai Lawyers for Human Rights, a déposé une plainte auprès d’un comité parlementaire demandant la fin du harcèlement juridique des critiques de la monarchie thaïlandaise actifs sur le groupe Facebook «Royalist Marketplace». Créé par le critique gouvernemental en exil, Pavin Chachavalpongpun, le site a été un espace permettant aux Thaïlandais d’échanger des informations et d’exprimer leurs opinions sur la monarchie. Le groupe est particulièrement apprécié des étudiants.

La page a attiré l’attention des royalistes qui ont soumis des membres à une chasse aux sorcières. Anon a déclaré que les informations personnelles de quelque 25 membres avaient été révélées, les soumettant à des attaques de la part de trolls royalistes d’Internet et que 14 autres avaient été menacés ou inculpés par la police. Le gouvernement dirigé par l’armée a tenté, en vain, de faire pression sur Facebook pour qu’il ferme la page, aidant ironiquement à promouvoir davantage la page. Le nombre de membres de la page est passé d’environ 500 000 au début de juin à près de 900 000 à la fin du mois d’août.

Les étudiants ont également réagi lorsqu’un activiste thaïlandais en exil, Wanchalearm Satsaksit, a été enlevé au Cambodge le 4 juin et vraisemblablement tué. Wanchalearm figurait sur la liste du gouvernement militaire thaïlandais de 29 militants exilés accusés d’avoir violé la lèse-majesté. Depuis 2014, au moins huit de ces militants qui s’étaient réfugiés dans les pays voisins ont été enlevés et disparus ou retrouvés morts.

Bien que les monuments du renversement de la monarchie absolue en 1932 aient récemment disparu de Bangkok , les étudiants universitaires ont néanmoins célébré le 24 juin le 88e anniversaire, autrefois appelé «Journée de la nation». Ils ont non seulement appelé à des changements constitutionnels, mais ont souligné certains aspects de l’annonce du Parti populaire , qui était particulièrement critique à l’égard de la monarchie.

Puis, le 9 juillet, un homme de Khon Kaen qui persistait à porter une chemise disant: «J’ai perdu confiance en l’institution de la monarchie», a été arrêté et jeté dans un hôpital psychiatrique. L’Union étudiante de Thaïlande a appelé à sa libération et a organisé une manifestation devant l’hôpital.

Au milieu de ces événements, les quatre étudiants qui se sont rencontrés à J-Park savaient qu’exprimer publiquement leurs pensées privées sur la monarchie serait une étape grave. Pourtant, Parit nous a dit dans une interview : « Personne dans notre groupe n’a pensé à quitter la Thaïlande. Nous serions plus heureux de nous battre depuis la prison que d’attaquer [la monarchie] depuis l’étranger. Nous avons vu tant de Thaïlandais en exil, mécontents de leur vie. »

Le groupe a testé les eaux en publiant sur sa page Facebook, Front uni de Thammasat et Manifestation , qu’il prévoyait de faire une annonce sur la monarchie le 10 août et a appelé à des dons et des bénévoles pour aider à organiser des activités. À leur grande surprise, ils ont reçu de nombreuses offres d’aide.

Le 3 août, Anon Nampa , l’avocat des droits de l’homme, a prononcé un discours cinglant sur la monarchie lors d’une manifestation au Monument à la démocratie. Habillé en Harry Potter et utilisant la «magie» pour réformer la monarchie, sa critique publique de l’institution est devenue le sujet de conversation de la ville. Le groupe J-Park s’est armé, décidant qu ‘«il est temps de changer».

Aux petites heures du 10 août, Pattaraphong Noipang et Parit, étudiant à l’Université Thammasat, ont eu du mal à finaliser un manifeste des revendications étudiantes en 10 points , qu’ils ont partagé avec le groupe par courrier électronique ce jour-là. Tous deux savaient que Somsak Jeamteerasakul , alors universitaire à Thammasat, avait été vilipendé après avoir présenté une déclaration similaire en sept points le 10 décembre 2010 lors d’un séminaire. Les attaques ont commencé lorsqu’un chroniqueur de la droite Manager Online a écrit que la plupart des Thaïlandais ne pouvaient pas accepter ce que Somsak avait écrit.

«Panusaya s’est porté volontaire pour lire le manifeste à la foule», nous a dit Parit. «Après avoir lu [le document], elle a dit que c’était effrayant mais qu’elle l’aimait et a dit qu’elle le lirait.

A part Parit et Panusaya, personne d’autre dans le groupe ne voulait apparaître en public. Ce n’était pas seulement risqué pour Panusaya de se présenter à la manifestation ce soir-là – c’était la première fois qu’elle parlait depuis la scène lors d’un rallye. Etudiante à la Faculté de sociologie et d’anthropologie de l’Université Thammasat, elle s’est intéressée à la politique en observant puis en participant à l’Assemblée des pauvres, qui lutte pour les droits environnementaux et fonciers.

«Je pensais que si Parit était arrêté, personne d’autre ne pourrait organiser les rassemblements. Je n’ai aucune expérience avec des gens comme ça, donc j’étais prête à être sacrifiée et à aller en prison », a-t-elle déclaré.

Malgré sa nervosité, la réceptivité du public à l’annonce des revendications étudiantes était indéniable. Lorsqu’elle a commencé par une critique de l’institution fondée sur des principes mais directe, elle a été accueillie par des acclamations bruyantes.

Les manifestants ont répondu de manière particulièrement positive aux appels à la révision de l’immunité constitutionnelle du monarque contre les poursuites, à l’amnistie et à la libération de tous ceux emprisonnés pour lèse-majesté, et aux enquêtes sur les disparitions et le meurtre des détracteurs de la monarchie.

Quelques jours plus tard, Panusaya nous a dit d’un ton neutre: « Je pense que si je dois aller en prison, je devrai y passer une dizaine d’années – jusqu’à ce que j’aie 32 ans. Quand je sortirai de prison, je continuez à vous battre. »


Une ouverture d’en haut

L’annonce des étudiants de J-Park le 10 août était audacieuse. Ce qui est plus important, cependant, c’est la réponse qu’ils ont reçue des manifestants qui les écoutaient. Cet enthousiasme nous dit quelque chose de crucial: un segment important de la jeunesse thaïlandaise est complètement indifférent à la monarchie. Ils n’ont jamais été captivés par cela, contrairement à tant de Thaïlandais plus âgés.

Bien que les organisateurs d’une autre manifestation étudiante à Bangkok le 17 août aient dit aux orateurs d’éviter de mentionner la monarchie, Parit a répété les 10 revendications étudiantes sur une scène devant des milliers d’étudiants du secondaire et d’université devant le monument de la démocratie à Khon Kaen le 20 août à un public tout aussi enthousiaste. . Lors d’une manifestation du 24 août au même endroit, des représentants de groupes communautaires du nord-est, en particulier l’Assemblée des pauvres, ont approuvé les demandes des étudiants, à nouveau sous les applaudissements des manifestants.

Si Panusaya avait lu les 10 points quelques années plus tôt, elle aurait probablement été arrêtée et mise en prison. Une analyse des 94 personnes accusées et jugées pour lèse-majesté (article 112 du Code pénal) depuis le jour du coup d’État de 2014 jusqu’à la fin de décembre 2017 a révélé que seulement 15 (soit environ 16%) avaient été libérées sous caution, et 96 pour cent ont été reconnus coupables et emprisonnés.

Mais pour des raisons qui restent floues, le roi a «ordonné» en 2017 que la loi de lèse-majesté ne soit plus invoquée. En principe, les gens auraient pu commencer à exprimer ouvertement des opinions critiques sur la monarchie. Mais peu ont saisi l’occasion, d’autant plus que le gouvernement a utilisé les lois sur la sédition et les crimes informatiques pour faire taire les critiques.

Pourtant, l’évolution de la tendance juridique envoie un message ambigu à la société thaïlandaise. En juin, le Premier ministre général Prayuth Chan-o-cha, sans raison apparente, a réitéré l’ordre du roi en disant: « Ce que je veux que tous les Thaïlandais sachent, c’est que ces derniers temps, la section 112 n’a pas été utilisée. Est-ce que tu sais pourquoi? Parce que le roi a pitié et nous a conseillé de ne pas exercer la loi. »

Le Premier ministre a également noté que des informations «déformées» circulaient et que «les abus et les insultes» envers la monarchie étaient en augmentation. Un chroniqueur du Bangkok Post a demandé comment le gouvernement traiterait les «centaines de milliers de fils de médias sociaux» qui témoignent d’un «soi-disant sentiment anti-monarchique». Ces «débats notables sur l’institution de la monarchie» se transformeraient-ils en une critique plus large de «la pertinence dans la société thaïlandaise aujourd’hui» de l’institution elle-même?

Les 10 revendications étudiantes répondent à cette question. Au lieu de poursuivre le débat plutôt figé sur la lèse-majesté, les étudiants de J-Park ont ​​déplacé la discussion vers des questions plus larges sur la légitimité du rôle de la monarchie et la forme même du gouvernement thaïlandais lui-même.


Du neuf ? Ce qui est vieux dans le mouvement étudiant

Un changement sismique s’est produit en Thaïlande, qui ébranlera inexorablement les fondations d’un système gouvernemental vieux de près d’un siècle. Mais malgré ces nouveaux développements dans l’histoire de l’activisme en Thaïlande, certains aspects du mouvement étudiant actuel ont certains liens avec le passé.

Depuis le début des années 2000, les conflits idéologiques ont considérablement affaibli la société civile thaïlandaise. D’un côté se trouvaient les piliers du «mouvement populaire» issu de réseaux communautaires organisés par des ONG focalisées sur les droits des communautés, acteurs alors considérés comme la «gauche» thaïlandaise. Ils ont compris que les trois forces de l’armée, de la monarchie et de la bureaucratie se sont historiquement liées pour dominer la politique thaïlandaise et rendre inutiles les élections et les constitutions. Ils ont soutenu la constitution de 1997, mais ont rapidement perdu confiance en elle lorsque Thaksin Shinawatra est arrivé au pouvoir par le biais d’élections et a renversé les restrictions constitutionnelles imposées aux politiciens. Pour eux, les temps forts de la lutte démocratique en Thaïlande ont été les années 1970 et 1992.
Beaucoup ont rejoint l’Alliance populaire pour la démocratie (PAD) en 2006, ou «chemises jaunes», puis ont réapparu en 2013 sous les auspices du Comité populaire de réforme démocratique (PDRC). Quelque part en cours de route, ils ont perdu de vue les droits civils et politiques et ont fini, ironiquement, soutenir la monarchie et les poursuites de lèse-majesté (ou au mieux sont restés silencieux sur la question).

De l’autre côté se trouvaient les partisans de Thaksin, qui a été évincé lors du coup d’État de 2006. Finalement, ce groupe, les Chemises rouges, a quelque peu dépassé son lien avec Thaksin et est devenu un groupe parapluie plus large sous lequel la plupart des groupes démocratiques se sont alignés. Pour eux, la lutte démocratique a commencé avec Pridi Banomyong et a atteint son apogée en tant que mouvement de masse sous les chemises rouges qui étaient représentés par une classe moyenne et inférieure montante des provinces et des gens ordinaires du nord, du nord-est et des bords de Bangkok. Pour eux, les ammat (élites royalistes de Bangkok) et leurs alliés de la classe moyenne («slim» ou salim ) ont jalousement conservé le pouvoir, renversant les résultats des élections en renversant à maintes reprises des gouvernements démocratiquement élus ou en préparant leur élimination par les tribunaux. .

La nouvelle génération de jeunes thaïlandais représente un pont vers ce fossé dans la société civile. Les manifestants étudiants actuels s’opposent aux constitutions des «chemises jaunes» de 2007 et 2017 et se moquent de la classe «mince» qui a échoué et qui a soutenu ces chartes dérivées du coup d’État. Pourtant, ils n’ont pas adopté le discours de l’ ammat , mais parlent plutôt de la nécessité de supprimer la sakdina thaïlandaise ou les féodaux. Leurs héros de l’histoire ne sont pas tant Pridi ou Jit Phumisak mais plutôt le Parti populaire dont ils ont relancé les attaques contre la monarchie en 1932 .

Alors que les chemises rouges et les chemises jaunes d’Isaan sont restées largement silencieuses sur les manifestations étudiantes, il est significatif que, au moins en Isaan, de nombreuses chemises rouges et anciennement des ONG penchées sur les chemises jaunes se soient portées vers les manifestations à Khon Kaen les 20, 22 et 24 août, mais restant à l’écart.

Il semble également y avoir au moins un segment du mouvement étudiant qui réclame quelque chose de plus vaste que la simple décentralisation, une question souvent tacite mais sans doute aussi proche du cœur du conflit politique en Thaïlande. Les groupes de défense des droits des communautés ont toujours fait pression pour un meilleur contrôle local des ressources naturelles, mais par ailleurs largement contourné la question de la décentralisation. Les chemises jaunes ont toujours voulu imposer une plus grande centralisation, tandis que les chemises rouges n’ont jamais fait de politique claire sur la décentralisation.

Le groupe J-Park plaide pour une forme de gouvernement littéralement nouvelle, au moins dans la gamme étroite de significations permises dans un contexte thaïlandais. Ils réclament un État fédéré qui, peut-être même plus que la réforme de la monarchie ou l’élimination des militaires de la politique, aurait un effet plus expansif sur les types de «Thaïlande» que l’on peut imaginer. Une telle vision peut, en tant que telle, constituer une menace encore plus grande pour l’élite de Bangkok.


J-Park après l’annonce

La famille de Panusaya est devenue très inquiète pour sa sécurité depuis la déclaration des revendications étudiantes du 10 août.

«Si je vais quelque part, je dois avoir un ami avec moi. Cela m’a rendu plus prudente », a-t-elle noté. «Mais j’espère que la monarchie sera réformée. Cela doit l’être. Même si tous les 10 points ne sont pas abordés, cela pourrait suffire. Nous pensons que si 3,5% des citoyens se joignent à la manifestation, cela peut changer. »

La vie de Panusaya a changé rapidement. Au cours des deux derniers mois, elle a été élue chef du parti politique étudiant, le Dome Revolutionary Party, et également membre de l’Union étudiante de Thaïlande.

Panusaya n’a pas le sentiment que ses opinions sont différentes des autres de sa génération. «Récemment, la société a été si active», a-t-elle déclaré. «Je pense que la plupart des gens pensent la même chose que nous, mais ils ne s’expriment pas en public.»

Panusaya et Parit rêvent qu’un jour la monarchie sera tellement diminuée qu’elle n’aura plus aucun pouvoir.

«Il a été difficile de concilier démocratie et monarchie en Thaïlande. Nous devons donc commencer à travailler sur les dix revendications étudiantes », a déclaré Panusaya.


Sources : https://www.newmandala.org/the-ten-demands-that-shook-thailand/

Les dix revendications étudiantes qui ont secoué la Thaïlande

Cet article a 2 commentaires

  1. crozet

    Je pense que ceci n’est qu’une partie des revendications étudiantes
    Il existe plusieurs revendications A/B/C/D concernant aussi : les salaires, des aides sociaux, la retraite, la liberte d’expressions, l’education nationale et le service militaire celui-ci n’est que les 10 suggestion du (A)

    1. siamexpat

      Pour l’instant on est sur un bloquage avec l’obsession de la démission du premier ministre. Guerre des égos et aucune partie ne veut perdre la face, dommage que les étudiants ne fassent même pas l’effort de la négociation et refusent la main tendue.
      pour moi la seule solution démocratique est de passer par de nouvelles élections, négocier pour des élections anticipées, laissant le temps de réviser la constitution pour avoir des élections réellement démocratique et voir quel programme propose le parti politique des étudiants. Mais je pense qu’ils savent qu’ils sont loin d’avoir toutes leurs chances en cas d’élection.

Laisser un commentaire